Die versamelings

Van Belmont na Fort Donelson (winter 1861-1862)


In die Westerse operasieteater - met ander woorde in die gebied tussen die Appalachen en die Mississippi - was daar geen aanduiding dat die strategie van die Unie, versigtig en selfs versigtig, so 'n skitterende sukses sou ervaar as van die eerste maande van die jaar 1862. En nog minder dat dit 'n voormalige bedankende beampte sou wees, word alkoholisties nadat hy sy herlewing in die burgerlike regering, wat die hoofprojekbestuurder sou word, gemis het. Tog was dit inderdaad deurslaggewende oorwinnings vir die Noorde wat 'n sekere toekenning in Februarie 1862 sou behaal.

'N Onwaarskynlike wenner

Hiram Ulysses Grant is in 1822 in Ohio gebore. Alhoewel hy geen belangstelling in die beroep van wapens gehad het nie, is hy in 1839 deur sy ouers na die West Point Military Academy gestuur. Verkeerd gelys as 'Ulysses Simpson Grant, sal dit hierdie naam daarna behou. Toe hy in 1843 vertrek, word hy na 'n administratiewe pos gestuur. Hierdie posisie, sowel as sy afkeer van oorlog, het hom nie verhinder om met onderskeiding in Mexiko te dien nie, en tydens die konflik twee patentbevorderings gekry. Maar in 1854 is hy betrek deur 'n ander beampte wat beweer het dat hy hom dronk betrap het, en Grant het skielik verkies om te bedank eerder as om 'n krygsraad te waag.

Grant het toe sy hand probeer by verskillende aktiwiteite, waaronder boerdery in Missouri - hy het selfs 'n slaaf daar besit - maar sonder veel sukses, soveel so dat hy uiteindelik in sy pa se looiery gehuur is weens gebrek aan iets beters. Een van die redes vir sy chroniese mislukkings was: sy voorliefde vir alkohol. Alhoewel dit lyk asof die openbare gerug en dan die legende die werklike omvang van Grant se alkoholisme baie oordryf, was die feit dat hy nie altyd die moeite gedoen het om sy toestand te verberg as hy dronk was nie, genoeg om dit vooraf te gaan deur 'n rampspoedige reputasie.

Alles het in 1861 verander toe die burgeroorlog uitgebreek het. Alhoewel sy versoeke om terug te keer diens toe deur die weermag geïgnoreer is, sou Grant meer sukses met die goewerneur van Illinois, waar hy woon, behaal. Sy ervaring in militêre administrasie sal van onskatbare waarde wees in die organisering van die kontingent vrywilligers wat Illinois aan die federale weermag moet verskaf. In Junie 1861 word hy uiteindelik aangestel as kolonel van die 21de Illinois Regiment, en die taak was om die veiligheid van die spoorlyn tussen Hannibal en St. Joseph's in die noorde van Missouri te verseker. Die volgende Augustus is Grant aan die hoof van die Kaïro militêre distrik. Kort na die vertrek van Missouri sou die spoorwegbrug in die Platterivier die onderwerp wees van een van die eerste guerrillabedrywighede in die streek, en ongeveer 20 mense dood toe dit in die proses gesaboteer het. van 'n trein.

Die opdrag wat aan Grant gegee is, was ver van triviaal. Kaïro, aan die suidelike punt van Illinois, was 'n beskeie stad. Maar die stad was geleë tydens die samevloeiing van die Mississippi en Ohio, wat die strategiese posisie van die uiterste belang vir die beheer van hierdie twee riviere gegee het. Dit was Grant wat op 6 September 1861 Paducah, in die samevloeiing van Ohio en Tennessee, beset het in reaksie op die suidelikes se skending van neutraliteit in Kentucky. Gedurende die volgende maande is beduidende magte in Kaïro gekonsentreer vir toekomstige aanvalle langs die rivier, en aan Grant toevertrou.

Kaart van die westelike punt van Kentucky, geannoteer deur die skrywer.

Die Slag van Belmont

Vroeg in November 1861 is generaal John C. Frémont onthef van sy bevel oor die militêre departement van Missouri. Sy opvolger, Henry halleck, sou die opdrag kry om die optrede van die verspreide noordelike leërs van Paducah tot Kansas te koördineer. Halleck is versigtig, selfs skugter van aard, en is meer as 'n teoretikus beskou as 'n man van die veld. Aan die ander kant het hy 'n werklike talent vir personeelaangeleenthede gehad en sou hy uitblink in die bestuur van die weermag - wat, met inagneming van die enorme inspanning wat op hierdie gebied en veral logistiek aangewend moet word, gaan om van onskatbare waarde te wees gedurende die loop van die oorlog.

Net voor hy afgedank is, was een van Frémont se laaste dade om Grant te beveel om te dreig Columbus, in Kentucky. Die doel van die manoeuvre was om die Gekonfedereerdes te dwing om troepe in die streek in stand te hou, en sodoende te verhoed dat hulle versterkings na ander teaters van operasies stuur, en veral in die suidweste van Missouri, waar die Federale vandaan gekom het. Springfield hervat. Grant stuur eers 'n afdeling onder kolonel Oglesby se bevel om in Missouri te betoog, maar toe dit blyk dat die Gekonfedereerde troepe gestuur het om hom te ontmoet, moes die Noordelike generaal sy strategie heroorweeg.

Columbus was ver van 'n teiken om ligtelik opgeneem te word. Sedert sy besetting in September het die suidelike generaal Leonidas Polk Daar was ongeveer 5 000 goed verskanste mans daar. Polk, 'n welgestelde Tennessee-planter wat 'n paar honderde slawe besit, was ook 'n biskop in die Episcopalian Church, wat hom die bynaam verwerf het van Veg biskop, "Die vegtende biskop". Sy belangrikste fokus was op die vesting van Columbus, wat op die oostelike oewer van die Mississippi was, om die stroom van die rivier te keer. Ongeveer 140 swaar gewere het reguit na die stroom gewys, en vir 'n goeie maat het Polk 'n yslike ketting van amper 800 meter lank gesmee en oor die Mississippi gestrek.

Grant het begryp dat Columbus vir die rivier ontoeganklik was, gegewe die nog baie beperkte middele tot sy beskikking. In plaas daarvan om 'n frontaanval te waag, het hy beveel dat Charles Ferguson Smith sy troepe, wat in Paducah, suidwes was, moes skuif om Columbus per land te bedreig. Gedurende hierdie tyd sou hy per boot vervoer word na Belmont, 'n klein gehuggie in Missouri, net oorkant Columbus. Sodoende kon hy Oglesby se manne bedek, verder weswaarts waag, en die beleggeweerbattery wat die Gekonfedereerdes in Belmont gestasioneer het, vernietig sonder om die hele garnisoen van Columbus in die gesig te staar.

Grant het ongeveer 3000 man op ses transportskepe aangepak, vergesel deur twee houtkanonbote, die USS Tyler en die USS Lexington. Dit was oorspronklik net burgerlike skutwiel-skepe, maar een keer deur die VS gekoop en bewapen. Navy, het hulle addisionele beskerming ontvang wat bestaan ​​uit dik houtplanke. Hulle het dus die bynaam gekry houthakkers, woordspeling gevorm op hout (kap hout) en ysterkleed, die term wat destyds gebruik is om na 'n gepantserde oorlogskip te verwys. Grant se mag het bestaan ​​uit vyf regimente wat in twee brigades georganiseer was, onder onderskeidelik die bevel van John McClernand en Henry Dougherty, twee kavalleries en 'n veldartilleriebattery.

'N Beslissende ervaring

Toe sy op 6 November vanaf Kaïro vaar, het hierdie mag nie ongesiens verbygegaan nie, en Polk is gou in kennis gestel. Hy beskou hierdie operasie egter as 'n skyn, en versterk sy posisies nie onmiddellik in Belmont nie. Laasgenoemde is nog net deur 'n infanterieregiment, 'n ruiterbataljon en 'n veldbattery onder kolonel James Tappan verdedig. Dit was eers toe hy verneem dat die Federale omstreeks 08:00 naby Belmont begin land het 7 November 1861, dat hy besluit het om versterkings daarheen te stuur - vier regimente uit Tennessee - onder bevel van sy ondergeskikte, generaal Gideon Pillow. Aan die einde van 'n uur het die Suidlanders in die ry gestaan ​​voor ongeveer 2700 soldate teen Grant.

Terwyl Grant sy voorwaartse elemente aangevra het om die terrein te herverbeter, het die twee noordelike geweerbote die Confederate-batterye van Columbus onbeskof genader. Die vuurwisseling wat hierna gevolg het, was onsuksesvol: die onervare suidelike artilleriste het slegs een treffer op die Tyler, 'n volledige kanonskogel wat 'n matroos doodgemaak het, maar die skip nie beskadig het nie. Die Noordelikes kon op hul beurt nie die vyandelike gewere bereik nie, te hoog op die platorande wat oor die Mississippi uitkyk. Altesaam het die Unie-geweerbote drie retoere onderneem om te probeer keer dat die suidelike swaar gewere Belmont se verdedigers ondersteun. Hoe dit ook al sy, die breedte van die rivier en die hoogte van die bome aan die ander oewer het die Federale troepe van die Suidlanders verduister, wat hul vuur heeltemal onduidelik gemaak het en in wese oneffektief was.

Die geveg het begin 'n beboste lot waar oop ruimtes skaars was en beperk was tot enkele bewerkte lande. Die dik moerasagtige onderbos het vordering veral vir die artillerie bemoeilik. Ontplooi as skermutselaars, het die noordelike infanterie en perderuiters hul suidelike eweknieë die grootste deel van die oggend stadig teruggedruk toe Grant sy magte in die gevegslyn ingespan het. Pillow, 'n onbevoegde offisier wat veral te danke gehad het aan sy verbintenis met die Demokratiese Party omdat hy as generaal aangestel is, het die fout begaan om sy hoofverdedigingslinie nie op die rand van 'n bos te vestig nie, maar in die middel van 'n veld. Sy manne sou blootgestel word aan vuur van 'n vyand wat self die ondergroei kon benut.

Tog was die stryd nog nie verby nie. Toe die noordelike regimente in die veld opkom, word hulle begroet deur 'n koeëlreën en druiweskoot wat hulle gedwing het om skuiling in die ruigtes te soek. Grant het geen moeite ontsien om hulle saam te trek nie en verloor in die proses 'n perd wat onder hom doodgemaak is. Die generaal en sy offisiere slaag daarin om die Noordelike magte in 'n redelike veilige posisie te herstel, beskerm teen vyandelike vuur deur die digte plantegroei. Pillow verloor geduld en vrees dat die ammunisie sal opraak. Toe stuur hy sy troepe in 'nbajonetlading bestem om dit te beëindig. Die Suidlanders het daarin geslaag om deur die middelpunt van die Unie te druk, maar die Federale hergroepeer vinnig hul teenaanval en druk hul vyande terug na hul beginposisies.

Rondom die middaguur was die Noordelike artillerie uiteindelik aan die gang, en het sy suidelike eweknie begin opdok. Die uitruil het geduur totdat die Gekonfedereerde artilleriste, uit ammunisie, onttrek nie. Die Feds het toe die vyandelike infanterie geteiken. Uitgeput en ontneem van steun, het sy gou haar voete verloor en weer in wanorde in die rigting van Belmont teruggeval. Die Gekonfedereerdes het hulself een keer bymekaar getrek in die skuiling van hul kamp, ​​maar die noordelike gewere het vinnig hul wil om te weerstaan, oorkom: hulle het uiteen gesit en twee gewere en honderd gevangenes in die hande van hul teëstanders gelaat.

Die eerste fase van die geveg, vanaf die noordelike landing tot die inname van die kamp. Kaart met die amptelike verslag van generaal Grant, geannoteer deur die outeur. NB: op hierdie kaart en die volgende is Noord links.

Winsgewende lesse

Grant se soldate reik toe uit 'n kritieke drumpel wat nie daarin kon slaag om hul oorwinning in 'n ramp te omskep nie. Die soldate het geledere gebreek om die kamp te buit, veral vir kos, terwyl die offisiere meer besorg was daaroor om die oomblik plegtig te gee as om dissipline te handhaaf. McClernand, 'n ambisieuse Illinois-politikus wat al gesien het hoe hy 'n leër lei, het selfs 'n toespraak geïmproviseer te midde van gejuig en patriotiese uitsendings. Soos Grant self later sou skryf, was sy manne soos 'gedemoraliseer deur hul oorwinning ».

Aan die ander kant van die Mississippi het Polk nie die erns van die situasie besef voordat die Federale die kamp binnegestorm het nie. Hy het dadelik gestuur ander versterkings te Belmont: vier regimente en een infanteriebataljon onder kolonels Samuel Marks en Benjamin Cheatham. Wat die gekonfedereerde rivierbatterye, tot dusver blind, betref, kon hulle in die vrye tyd die oop ruimte wat deur die geplunder kamp voorgestel is, bombardeer. Grant het toe laasgenoemde aan die brand gesteek en die doodsbevel per ongeluk onderteken vir enkele gewonde Suidlanders wat in hul tente vergete was. Hul geledere hervorm, die Noordelikes het omgedraai om by hul vervoerskepe aan te sluit.

Cheatham het die Noordelikes agternagesit toe Marks hulle probeer afsny en daarin slaag om hul regterflank aan te val. Die eerste aanval het Dougherty se brigade gelei toe die Suidlanders aangekla het. Die res van die Noordelike mag het hul in die kruisvuur vasgevang in die middel van die veld waar hulle die oggend geveg het, maar Grant hou sy kalmte en sy kanonne afgehaak. Hulle het Marks se mans met druiwe-skoot oorrompel, wat die 31 toegelaat hetde Illinois-regiment om 'n roete na agter te open. Die Noordelike troepe, kort gevolg deur die Gekonfedereerde, slaag daarin om sonder te veel probleme weer aan te gaan danksy die vuur van hul geweerbote, net voor die aand. Die twee kampe het in totaal ongeveer 600 man elk verloor.

Die noordelike generaal sou vrugbare lesse trek uit hierdie geringe betrokkenheid, soos hy later in sy herinneringe sou onthou. Persoonlik by verskeie geleenthede persoonlik in gevaar, het hy onmiskenbare fisieke moed getoon en bowenal die meedoënlose - en soms meedoënlose - wil wat hom vir die res van die konflik sou animeer. Hy het ook geleer watter foute nie gemaak moet word as hy sy mans in die hand wil hou en nie wil sien dat hulle momentum verloor ná 'n aanvanklike sukses nie. Daarbenewens het Grant baie oor homself, maar ook oor sy vyande, ontdek vertroue in hom wat instrumenteel sou wees in sy toekomstige sukses.

Die onttrekking en heraanvaarding van die Noordelikes. Dieselfde kaart as voorheen, skrywersaantekeninge.

Die Slag van Belmont, ondanks die fundamentele karakter vir Ulysses Grant en sy soldate, was 'n skermutseling sonder strategiese betekenis op oorlogskaal. Ander baie groter operasies sou volg, hoewel die resultate waarskynlik verbasend sou wees vir diegene wat dit onderneem het. Met die lesse wat Belmont geleer het, sou Grant 'n halfhartige aanstoot neem'n beslissende oorwinning vir die Unie.

Halleck se onwilligheid

Vroeg in 1862 het die Noord-president, Abraham Lincoln, ongeduldig geraak. In die vorige maande het sy leërs aansienlik gegroei, 'n groot poging om homself toe te rus, en die mans was nou baie beter opgelei as in die vorige somer. Ten spyte hiervan het geen van die belangrikste Noord-generaals 'n ernstige aanval geloods nie. Lincoln is bekommerd oor die politieke gevolge van hul daadloosheid, en dring daarop aan om dit te doen'n algemene aanstoot vir 22 Februarie, verjaardag van George Washington, die eerste president van die Verenigde State.

Reeds van nature skugter, moes generaal Halleck, wat die militêre departement van Missouri beveel het, met ander faktore te kampe hê. Die eerste wasdie gebrek aan verenigde opdrag in die weste. Drie verskillende departemente moes hul pogings daar koördineer: behalwe Missouri, was daar ook dié van Kansas, wat nogal klein was (dit het bedrywighede in Nieu-Mexiko en die Indiese gebied behandel) en die departement van Ohio, wie se troepe was in die oostelike Kentucky gekonsentreer. Halleck moes op sy beurt 'n groot en moeilike gebied bestuur. Sy magte moes die veiligheid van Missouri, 'n staat wat reeds deur suidelike guerrillas geteister word, verseker. Diegene wat aan hierdie taak beskikbaar was, was twee leërs ver van mekaar, dié van Samuel Curtis in die suidweste van Missouri, en dié van Grant in die suide van Illinois.

Laasgenoemde, aangemoedig deur sy semi-sukses van Belmont, het Halleck in die daaropvolgende weke herhaaldelik om toestemming gevra om aan te gaan. Sy idee was om die Tennessee-rivier op te gaan om aan te valFort Henry, wat die Bondslande gebou het om sy koers te beheer. Ongelukkig vertrou sy baas hom nie vanweë sy hardnekkige reputasie as alkoholis nie. Om sake te vererger, kon Halleck nie saamstem oor 'n gemeenskaplike strategie met sy eweknie van die departement van Ohio, Don Carlos Buell. Hy het net 'n beperkte vordering in Kentucky gemaak, waarvan een tot die klein oorwinning op Mill Springs gelei het.

Ondanks al sy foute, en nie die minste nie die onvermoë om goeie betrekkinge met sy ondergeskiktes te handhaaf nie, was Halleck nietemin baie geheg aan militêre behoorlikheid. Nadat hy beveel is om van Lincoln af aan te gaan, het hy dit uitgevoer - anders as byvoorbeeld 'n McClellan. Hy het Grant uiteindelik toegelaat om teen Fort Henry te trek. Volgens Halleck kan dit net wees'n beperkte operasie wat in wese 'n afleidingswaarde het. Grant het in werklikheid net 20 000 man gehad, vergeleke met die 56 000 van Buell. Daar is dus verstaan ​​dat die hoofoffensief die werk van laasgenoemde sou wees.

Die botsing van twee strategieë

Lincoln self het ook baie op Buell gesteun, maar om te verstaan ​​dat jy 'n paar maande moet teruggaan. Toe die eerste Suidelike state Suid-Carolina se voetspore volg en in Januarie 1861 afskei, het Tennessee hierdie opsie in 'n gewilde referendum noukeurig verwerp.Die staat is geografies gedeel: die vlaktes van die weste, gunstig vir die uitbuiting van tabak en katoen, het afstigting ondersteun, terwyl die ooste, baie bergagtig en waar slawerny min beoefen is, getrou aan die Unie gebly het. Die sentrum het onbeslis gebly totdat die burgeroorlog uitgebreek het. Die invloed van goewerneur Isham Harris was toe deurslaggewend: sentraal-Tennessee val in die kamp van afskeiding, en laasgenoemde is op 8 Junie 1861 deur 'n nuwe referendum goedgekeur.

Soos hul eweknieë in Wes-Virginia, het die Unioniste in die ooste van Tennessee gepoog om afstigting te weerstaan ​​deur hul eie staat te vorm en 'n paar provinsies in die noordooste van Alabama bygevoeg. Hulle het nie dieselfde sukses behaal nie, maar die Gekonfedereerde leër het vinnig beheer oor 'n gebied oorgeneem wat anders te ver van die noordelike state was om te hoop op militêre hulp van hulle. Hierdie streke het egter geblysentrums van ondersteuning vir die saak van die Unie, en die besetting daarvan sou die volgende twee jaar een van Abraham Lincoln se grootste obsessies word. Die aanstootlike wat Lincoln van Buell geëis het, was gerig op hierdie doelstelling - 'n teiken waarvan die waarde veel meer polities was as militêr of strategies.

Oos-Tennessee wasenklaweaan die ruwe berge wat aan die hoë valleie van die Tennessee- en Cumberlandrivier grens. Vanuit Kentucky was die Cumberland Lock die direkste toegang, 'n nou en maklik verdedigde gang waarop Buell onwillig was om kop aan te val. Dit was makliker om verder suid te gaan, deur ChattanoogaviaNashville, maar dit het eers 'n storm van die belangrikste konfederale posisies rondom Bowling Green vereis. As gevolg hiervan het Buell versigtig gebly en hom gedurende die eerste weke van 1862 tot enkele demonstrasies beperk.

Die Confederates het op hul beurt die voordeel gehad dat hulle 'n eenvormige bevel vir die hele Weste gehad het. Hierdie "militêre afdeling nommer twee", soos voorlopig aangewys, is toevertrouAlbert Sidney Johnston. Laasgenoemde was nie verwant aan Joseph Eggleston Johnston, wat die suidelike magte in Virginia aangevoer het nie. A.S. Johnston, 'n militêre loopbaanman, is kort voor die oorlog aangestel as hoof van die Stedelike Militêre Departement van die Federale Weermag. Hy is in Kentucky gebore, maar deur aanneming 'n Texaan. Sy reputasie was die van 'n belowende offisier, en Jefferson Davis, suidelike president, het hom hoog geag.

In ooreenstemming met Davis se strategie het Johnston sy troepe gereël om die noordelike Tennessee-grens oor sy hele lengte te verdedig. Gevolglik,sy troepe was baie uitgerek. Polk in Columbus het nou 12 000 man gehad. Fort Henry het 'n garnisoen van 3000 soldate onder Lloyd Tilghman gehad, terwyl nog 2.000 Fort Donelson beset het, 'n paar kilometer verder op die Cumberland. William Hardee het die bevel gevoer oor die belangrikste konfederale mag in die suide van Kentucky - 22 000 man in Bowling Green - en Carter Stevenson het ten minste drie brigades gehad om die Cumberland Lock te verdedig.

Ontplooiing van leërs na Kentucky vroeg in 1862.Die rooi lyn realiseer die verdedigingstrategie van die Gekonfedereerde. Kaart wat deur die outeur geannoteer is uit 'n oorspronklike in die Perry-Castaneda-kaartbiblioteek.

Onderskatte waterweë

A.S. Johnston is saam met Pierre Beauregard, die wenner van Fort Sumter en Bull Run, waarvan president Davis nie graag was nie en veral graag uit Richmond wou kom. Teen die begin van 1862 het nie hy of die ander generaals wat hoër bevele in die Weste gehad het, die werklike waarde van behoorlik beoordeel nieWaterweë in toekomstige bedrywighede. Albei was veral besig met die beheer van die spoorweë, wat meer geskik geag is om 'n groot leër te voorsien.

In die Weste het die enigste deurlopende spooras (as ons nie die verskille in maatrekening verontagsaam nie) wat in die noord-suid-rigting gerig was, presies gekoppel aan Louisville, in die noorde van Kentucky, aan Nashville, die hoofstad van Tennessee, en deurgegaan deur Bowling Green - wat verklaar waarom die Suidlanders verkies het om hierdie stad as 'n prioriteit te verdedig. Dit was des te noodsaakliker omdat Nashville met sy groot arsenaal een van die weiniges wasindustriële sentrums van Suid. 'N Relatief digte spoorwegnetwerk het daaruit voortgevloei wat toegang bied tot die deelstate Mississippi, Alabama en Georgië.

Wat die waterweë betref, is slegs die Mississippi as 'n belangrike as van die penetrasie in die suidelike strategie beskou en as sodanig was ditmagtig versterk. Tennessee en Cumberland is op hulle beurt as sekondêr beskou - vandaar die swak garnisoen wat aan die forte Henry en Donelson toegewys is. In ooreenstemming met die destydse militêre denke en ondanks die suksesse wat die Unie-vloot behaal het teen die forte van die Hatteraspas of die van Port Royal Bay, word die vestings en hul gewere steeds as beter beskou as 'n vloot. .

Die enigste wat gelyk het aan meer riviere, was Ulysses Grant, wat inderdaad vir hom suksesvol sou wees. Dit hoef egter nie noodwendig gesien te word as die vrug van langtermyn strategiese versiendheid nie: Grant het destyds geen idee gehad hoe beslissend die inname van forte Henry en Donelson sou wees nie. Die operasie waarvoor hy uiteindelik Halleck se toestemming verkry het, was om beperk te bly, en die twee forte het 'n makliker teiken as Columbus aangebied - die Slag van Belmont het dit getoon. Aan die ander kant is dit seker dat Grant se ervaring in Belmont al die voordele van hom getoon het'n gesamentlike operasie langs die rivier, iets wat die ander generaals nie kon begryp nie, omdat hulle dit self ervaar het. Grant is goed gehelp deur die Federale Vloot in sy taak. Reeds in Mei 1861 is 'nWesterse geweerbootvlotilla » (Westerse geweerbootvlotilla). Hierdie eenheid was onder die operasionele beheer van die Federale Weermag, maar is deur matrose bedien en onder toesig van Amerikaanse offisiere. Vloot.

In Februarie 1862 is Andrew Foote onder bevel van haar. Behalwe die vervoer skepe, het dit twee soorte veg skepe ingesluit. Die eerstes (houthakkers) is burgerlike skepe aangepas om kanonne en dik houtskerms te ontvang, terwyl die volgende (ysterklere) regte ysterwapen gekry, hoewel nie baie dik nie. Dit was egter voldoende om hulle in staat te stel om teen die artillerie van die suidelike forte vas te hou. Hierdie skepe het gedurende die winter van 1861-62 aan die Gekonfedereerde geweerbote verskeie onbesliste verbintenisse voorsien, en hul vuurkrag sou van onskatbare waarde wees in die komende veldtog.

Op 30 Januarie 1862 het generaal Halleck generaal Grant gemagtig om die operasie waarteen hy voorberei het, uit te voerFort Henry. Commodore Foote se flottielie was reeds gereed en het op 2 Februarie van Kaïro afgevaar. Die Noordelike aanval sou klein wees, 'n eerste stap in die rigting van verdere vordering. Kortom, Grant het daaraan gedink om die eerste trap van 'n trap te grawe wat hom toegang tot die hart van die Konfederasie sou gee, terwyl hy in werklikheid die deur wou afbreek.


Betrokke magte

Vanaf die afskeiding het Tennessee onderneem om te bouvestingsom sy grense te beskerm. Fort Henry, gebou van die aarde aan die regteroewer van die Tennessee-rivier, word geflankeer deur 'n ander kleiner nedersetting aan die oorkantste oewer, Fort Heiman. Albei is agtergelaat ten gunste van Columbus, wie se verdediging as 'n prioriteit beskou word. Vroeg in Februarie 1862 het Brigadier-generaal Lloyd Tilghman se ongeveer 3000 man slegs 17 swaar gewere tot hul beskikking gehad in Fort Henry.

Dit was nie die enigste probleem waarmee die suidelike bevelvoerder te kampe gehad het nie. Fort Henry was die onderwerp van 'n keuse van plek vanafdie ongeskikste deur die geskiedenis van militêre ingenieurswese. Die plek is gekies deur Daniel Donelson, destydse minister van justisie in Tennessee, wie se militêre ervaring 35 jaar vroeër beperk was tot 'n kort loopbaan as offisier in die Federale leër. Hy het 'n posisie gekies om die fort te bou wat 'n duidelike reeks vuur langs die rivier bied, maar deur die omliggende heuwels oor die hoof gesien is.

Erger nog, die terrein van die fort is in Junie aangewys toe die waters van die Tennessee nog relatief laag was, en Donelson die oorstromings in die winter heeltemal geïgnoreer het. Soveel so dat Fort Henry grootliks in Februarie 1862 wasoorstroom: die hoof poeiermagasyn was onder water en die helfte van die gewere was onbruikbaar. Een van die fort se seldsame verdedigingsbates was die destydse nuwe gebruik van 'torpedo's': vate gevul met kruit wat onder die riviervlak geanker was en gewapen om te ontplof tydens kontak met 'n skip - in met ander woorde 'n mynveld.

In reaksie hierop het generaal Grant 17 000 man in twee rotasies ingebring omdat hy nie genoeg transportskepe gehad het nie. Hierdie magte is georganiseer in twee afdelings onder bevel van McClernand en C. Ferguson Smith. Die eerste is op die regteroewer geland om Fort Henry direk aan te val, terwyl die tweede op die linkeroewer Fort Heiman gelyktydig sou aanrand. Die landing het op 4 en 5 Februarie ongeveer 3 kilometer noord van Fort Henry plaasgevind, waarna Grant sy vlot geweerbote gestuur het om uit te voer'n voorlopige bombardement.

Die kommodoorFootehet altesaam sewe gewapende skepe tot sy beskikking gehad. Drie washouthakkers: na dieTyleren dieLexington reeds besig met Belmont is die USS bygevoegConestoga. Hierdie drie skepe het 'n afsonderlike afdeling gevorm onder leiding van luitenant-bevelvoerder Seth Phelps. Foote het intussen die vier bevel gegeeysterklere, waarvan drie (USSCincinnati, USSKarondeleten USSSt. Louis) is spesifiek vir hierdie doel gebou. Die vierde, die USSEssex, was 'n voormalige burgerlike skip, gewapen en summier gepantser.

'N Ongelyke stryd

Tilghman, wat van meet af aan gewaarsku is oor Grant se landing, het onmiddellik begryp dat sy situasie hopeloos is. Op 4 Februarie het hy Fort Heiman ontruim. Die volgende dag stuur hy die grootste deel van die garnisoen in Fort Henry om by Fort Donelson aan te sluit, ongeveer twintig kilometer oos. Hy het net by hom gehouhonderd man om die nege kanonne wat nog in werkende toestand in Fort Henry is, te bedien en uit te hou solank sy benarde posisie dit sou toelaat.

Die Union-geweerbote moes bo alles vegsterk strome gegenereer deur die vloed. Die torpedo's wat die Gekonfedereerde in die middel van Tennessee geplaas het, het geen effek gehad nie: die meeste van hulle was nie genoeg verseël nie en het water opgevat, wat die plofstof wat daarin was, onbruikbaar gemaak het. Daarbenewens is die meeste van hulle deur die stroom uitgespoel, en diegene wat moontlik nog funksioneel was, het verby die Noord-flottiel gedryf sonder om skade aan te rig.

Op 6 Februarie het Foote Fort Henry genader en losgebrand. Hy het diehouthakkers, moins protégés, si bien que ce furent les ironclads qui subirent le plus gros de la riposte sudiste. Celle-ci, au demeurant, fut pratiquement sans effet. Conçus par un ingénieur de St-Louis, James Eads, les ironclads nordistes présentaient des flancs inclinés sur lesquels les projectiles confédérés ricochaient sans pénétrer. Leur pont, en revanche, n’était pas blindé, mais il aurait fallu pour les atteindre que les canons sudistes fussent situés en hauteur ; or, le fort Henry était – ô combien ! – au ras de l’eau. Seul l’Essexfit les frais de son blindage plus léger : un boulet transperça sa chaudière principale, ébouillantant 28 membres d’équipage dont 5 mortellement. Privée de vapeur, l’Essexse mit à dériver et quitta le combat.

Malgré ce coup au but, la lutte demeura inégale pour les artilleurs sudistes. Au bout d’une heure, cinq de leurs canons avaient été réduits au silence et les stocks de munitions accessibles baissaient dangereusement. Tilghman estima que l’honneur de la Confédération avait été défendu suffisamment longtemps et offrit sa reddition à Foote. Le fort était à ce point inondé que l’embarcation que Foote envoya récupérer Tilghman put y pénétrer en passant par la porte principale. Le fort Henry tomba ainsi entre les mains nordistes avant même que l’infanterie de Grant ne put s’en approcher.

Des conséquences inattendues

Grant télégraphia aussitôt la nouvelle à Halleck, ajoutant qu’il se disposait à marcher immédiatement sur le fort Donelson et à s’en emparer le surlendemain. Il dût vite se raviser, car les fortes pluies des jours précédents avaient transformé en fondrières des routes déjà très médiocres à la base. Il jugea plus prudent de regrouper et renforcer son armée avant d’aller plus avant. Initialement réticent, son supérieur finit par comprendre l’intérêt stratégique de la situation et lui expédia une division de réserve, aux ordres de Lew Wallace, qui porta les effectifs de « l’armée du district de Cairo » à un peu moins de 25.000 hommes.

Le commodore Foote avait lui aussi réalisé que la chute du fort Henry ouvrait à ses canonnières une autoroute, tout anachronisme mis à part, vers le Sud profond. Dès le 7 février, il chargea Phelps de remonter le cours de la Tennessee pour tester la résistance des Sudistes. Celle-ci fut pratiquement nulle : la chute rapide du fort Henry avait persuadé bon nombre de généraux confédérés que les canonnières de l’Union étaient invincibles. Le positionnement inepte du fort et le fait qu’il fût pratiquement sous les eaux ne furent pas pris en compte. Dietimberclads de Phelps remontèrent la Tennessee jusqu’à Muscle Shoals, point au-delà duquel la rivière cessait d’être navigable, et brûlèrent ou capturèrent de nombreux navires de transport sudistes. Phelps commit toutefois une grave erreur en accédant à la demande des habitants de Florence, dans l’Alabama, de ne pas brûler le pont de chemin de fer qui s’y trouvait. Ce pont allait jouer un rôle décisif dans les mouvements de troupes préliminaires à la bataille de Shiloh, en avril suivant.

Dans le camp confédéré, on réalisa aussitôt à quel point la situation était sérieuse. A.S. Johnston estima dès le lendemain de la chute du fort Henry que le fort Donelson tomberait tout aussi facilement, ouvrant aux Nordistes la route de Nashville et menaçant d’encerclement le gros de ses troupes déployées dans le Kentucky. Il ordonna à Hardee de quitter Bowling Green et de se replier sur Nashville. La perte du fort Henry démontrait surtout l’échec de la stratégie confédérée : dépourvue de profondeur stratégique, la ligne de défense des Sudistes était condamnée dès lors qu’un de ses maillons avait sauté.

Johnston convint malgré tout qu’il était nécessaire de défendre autant que possible le fort Donelson pour donner aux troupes sudistes le temps de se regrouper à Nashville et d’y organiser leurs défenses. Il dépêcha sur place 12.000 hommes, soit deux divisions aux ordres de Simon Buckner et Gideon Pillow. Ces renforts étaient placés sous le commandement de John Floyd, l’ancien secrétaire à la Guerre sous la présidence de James Buchanan, récemment transféré de Virginie occidentale. Avec les forces déjà présentes et celles ramenées du fort Henry, la garnison du fort Donelson s’élevait en tout à 16.000 soldats.

Carte montrant l'attaque du fort Henry et la marche des Nordistes vers le fort Donelson (copyright Hal Jespersen via Creative Commons).

Die12 février 1862, l’armée du général Grant quitta le fort Henry vers l’est, et marcha sur le fort Donelson. Grant laissait en réserve derrière lui la division de Lew Wallace, encore incomplète, et que devait renforcer une brigade empruntée au département de l’Ohio. Avocat dans le civil, Lew Wallace était également écrivain à ses heures perdues ; il écrirait en 1880 le roman Ben Hur, un best-seller adapté plusieurs fois au cinéma par la suite. De son côté, le capitaine Phelps avait ramené ses trois timberclads après trois jours de raid en amont de la rivière Tennessee.

Une cible plus coriace

La flottille de l’Union avait perdu l’Essex, privée de chaudière après le bombardement du fort Henry, et la Cincinnati légèrement touchée. Mais elle avait reçu le renfort de deux autres canonnières cuirassées, elles aussi construites à St-Louis par James Eads, l’USS Louisville et l’USS Pittsburgh. La force ainsi reconstituée descendit la Tennessee jusqu’à son confluent, remonta brièvement le cours de l’Ohio avant d’obliquer pour rejoindrela Cumberland et se diriger vers le fort Donelson. En 1862, la Cumberland se jetait directement dans l’Ohio, contrairement à son cours actuel, qui conflue d’abord avec la Tennessee.

Situé dans le voisinage immédiat de la petite ville de Dover, le fort Donelson était autrement plus redoutable que le fort Henry. Dressé sur une petite butte surplombant la Cumberland d’une trentaine de mètres, il était à l’abri des inondations. La dotation en artillerie était également bien meilleure, puisqu’on en comptait une soixantaine de pièces. Le fort lui-même étant bien trop exigu pour contenir 16.000 soldats, les hommes de Floyd avaient entrepris sitôt arrivés d’établir une ligne de défense extérieure d’environ quatre kilomètres serpentant à travers un paysage boisé et vallonné. La droite de la position est garantie par une rivière, la Hickman Creek, le centre court le long des crêtes, la gauche est couverte par un petit ruisseau, et les arrières sont solidement tenus par le fort Donelson.

C’est une bonne position défensive, mais non exempte de défauts. Les soldats qui l’occupent sont encore, pour beaucoup, armés de vieux mousquets à silex sensibles à l’humidité. De surcroît, l’aile gauche confédérée fait face à une ligne de crête qui, une fois tenue par les Nordistes, leur permettrait de couper la seule voie acceptable de retraite par la terre. Enfin, le moindre de ces points négatifs n’est certainement pas le commandement. L’incurie notoire de Pillow s’était déjà exprimée quinze ans plus tôt au Mexique, et plus récemment à Belmont. Floyd était un homme politique dépourvu de talent militaire. Quant à Buckner, son moral était au plus bas, car il tenait la défense pour un sacrifice inutile dépourvu d’échappatoire. Initialement, c’était Beauregard qui devait commander cette force mais, malade, il s’était fait poliment excuser.

Une brigade de cavalerie ad hoc avait été déployée au contact des éléments avancés nordistes, et confiée à un lieutenant-colonel de 41 ans, Nathan Bedford Forrest. Ce Tennesséen originaire de Memphis était pour ainsi dire l’antithèse de l’idée qu’on pouvait se faire du « gentleman sudiste ». D’extraction modeste, il n’appartenait en rien à cette aristocratie terrienne qui régnait sur les plantations de coton et de tabac. Mais il était doué pour les affaires, et avait réussi, avant guerre, à amasser une fortune colossale grâce à diverses entreprises, y compris un fructueux commerce d’esclaves. Millionnaire en dollars, Forrest pouvait se vanter d’être encore plus riche que Leonidas Polk – en fait, il était probablement l’un des individus les plus riches de tout le Sud.

Forrest était aussi connu pour ses aptitudes physiques, qui servaient à merveille un tempérament agressif et, à l’occasion, un sens de l’honneur assez chatouilleux. Avec 1,88 m pour 95 kilos, il était largement au-dessus du gabarit moyen de l’époque et de l’aveu de ses contemporains, c’était un excellent escrimeur doublé d’un cavalier hors pair. Le fait qu’il ait survécu à de nombreux combats et blessures a largement alimenté son image, encore populaire aujourd’hui, de héros légendaire de la cause sudiste. Une légende oscillant entre dorure et noirceur, notamment à cause de sa participation controversée à un massacre de prisonniers noirs au fort Pillow en 1864. Et Forrest joua un rôle incontestable dans le succès, après la guerre, de la première incarnation du Ku Klux Klan.

Placé à la tête d’un régiment de cavalerie qu’il avait recruté et équipé à ses frais, il démontra bientôt des aptitudes au commandement suffisamment notables, en dépit de son absence totale de formation militaire, pour gravir les premiers échelons de la hiérarchie. Il allait en monter d’autres encore, mais pour l’heure, il ne put guère que retarder de peu la progression de l’armée de Grant. À la fin de la journée du 12 février, les Nordistes étaient au contact de la principale ligne confédérée. Ils déployèrent la division C.F. Smith à gauche, et la division McClernand à droite.

Une citadelle assiégée

Grant entendait bien attendre l’arrivée de la division de Lew Wallace pour l’insérer au centre de son dispositif. Celle-ci n’était pas encore au complet, une de ses brigades devant arriver par voie fluviale. Le général nordiste donna des ordres pour éviter de lancer des attaques irréfléchies mais dès la matinée du 13, il fut confronté à l’impatience de ses subordonnés : Smith et McClernand lancèrent chacun de leur côté des attaques limitées. Quant à Foote, pas encore arrivé avec ses canonnières, il fit tester vers 11 heures les canons du fort Donelson par un élément avancé de sa flotille, l’USS Carondelet.

Si Smith, tout proche du QG de Grant, se contenta d’une brève démonstration avant de faire ouvrir le feu sporadiquement à ses canons et de faire avancer tireurs isolés et lignes de tirailleurs, McClernand en fit davantage. Déployant ses troupes, il s’aperçut que la longueur des lignes confédérées l’obligerait à étirer dangereusement les siennes s’il voulait couper à l’ennemi toute retraite. Il fut également pris à partie par l’artillerie que les Confédérés avaient placée sur une position avancée, en hauteur, au centre de leur ligne. Confiant, McClernand chargea la brigade de William Morrison de s’en emparer, et la fit renforcer par un régiment de la brigade de William H. L. Wallace – un homonyme dépourvu de parenté avec Lew Wallace.

Bientôt pilonnés par une seconde batterie confédérée, les Nordistes n’en montèrent pas moins à l’assaut. Parvenus tout près de la position ennemie, ils furent repoussés par la brigade sudiste d’Adolphus Heiman, dont le soutien aux artilleurs avait été sous-estimé. Le colonel Morrison fut blessé, mais ses hommes renouvelèrent leur attaque, sans succès, une première fois puis une seconde. Ce n’est que lorsque les feuilles mortes et les buissons prirent feu que la brigade, désormais aux ordres du colonel Leonard Ross, abandonna son attaque. Les infortunés blessés qui n’avaient pu s’extraire du brasier périrent carbonisés. En tout, environ 150 Nordistes furent tués ou blessés pour un résultat nul.

Ayant enfin reçu les renforts tant attendus, Grant put détacher la brigade de John McArthur de la division Smith pour donner un peu de profondeur au dispositif de McClernand. Son armée était fin prête : il n’y avait plus qu’à attendre que la flottille de canonnières, qui avait fait merveille au fort Henry, n’entre en jeu. Dans l’intervalle, les troupes de deux camps vécurent un enfer malgré l’absence de combats d’envergure. Des tirs sporadiques continuèrent durant toute la journée du 13 février et la nuit suivante. Allumer un feu pour faire la cuisine exposait à devenir la cible des tireurs d’élite.

Pour ne rien arranger, les conditions météorologiques se dégradèrent subitement. Un vent glacial se leva à la tombée de la nuit et les températures, jusque-là anormalement élevées et quasi printanières, chutèrent largement en-dessous de zéro. Il neigea une bonne partie de la nuit. De nombreux soldats avaient commis l’erreur de laisser en arrière leurs couvertures et leurs manteaux… Ceux qui n’allaient pas mourir de pneumonie les semaines suivantes allaient retenir la leçon. Quant aux blessés, après les flammes, ils devaient à présent faire face à l’hypothermie.

Le lendemain, ayant couvert le débarquement des renforts à présent terminé, Foote se trouvait disponible avec ses canonnières. Il attaqua à 15 heures. Comme au fort Henry, il déploya ses quatre ironclads en ligne et laissa les trois timberclads en réserve. Tirant avec la même intensité que huit jours plus tôt, les canonnières nordistes causèrent des dégâts significatifs au fort Donelson. Ce dernier, néanmoins, avait du répondant. Sa position en hauteur permettait à ses canons de pratiquer un tir plongeant contre les navires nordistes, qui s’étaient rapprochés dangereusement – à 350 mètres seulement de leur cible.

Ainsi placés, les artilleurs confédérés pouvaient atteindre le pont des canonnières qui, contrairement à leurs flancs inclinés, n’était pas blindé. Cet avantage finit par payer. Un boulet pénétra par le toit dans la passerelle de l’USS St. Louis et emporta la roue du gouvernail, tuant au passage le timonier et manquant de peu le commodore Foote qui fut blessé par des éclats de bois – ironiquement, au pied. Incontrôlable, la St. Louis ne put être dirigée pour faire face au courant et se mit à dériver. DieLouisville eut également sa direction endommagée et subit le même sort. Les deux canonnières fédérales survivantes se retirèrent pour couvrir les autres, et le bombardement du fort Donelson par la flottille fluviale s’arrêta là.

Espoir de sortie

Ce succès remonta le moral des défenseurs sudistes… mais pas celui de leurs généraux. Floyd réunit ses subordonnés durant la nuit du 14 au 15 février à son quartier général, l’unique hôtel de la ville de Dover. Tous furent unanimes : le fort Donelson était intenable. Il fallait tenter une sortie. La retraite de Foote laissait ouverte la voie fluviale vers Nashville, mais il n’y avait pas assez de bateaux pour évacuer toute la garnison. Il faudrait donc attaquer dans la seule direction possible par voie de terre : vers l’est, sur la route menant à Charlotte.

Pour ce faire, Floyd réorganisa complètement ses forces. Pillow, avec cinq brigades, et couvert sur son flanc gauche par les cavaliers de Forrest, aurait pour tâche d’effectuer la percée principale en attaquant la division nordiste de McClernand. Quant à Buckner, il devrait mener ses deux brigades dans une attaque de soutien contre le centre fédéral, avec l’appui de la brigade Heiman, dans le but d’empêcher Grant d’envoyer des renforts à McClernand. Ce plan était audacieux car ce faisant, les Confédérés ne laissaient sur leur flanc droit qu’un unique régiment pour occuper les défenses extérieures, et la brigade de John Head pour tenir le fort Donelson proprement dit.

Avant l’aube, le 15 février 1862, les soldats sudistes reçurent des vivres pour trois jours. Les Fédéraux, pour leur part, étaient restés passifs. Grant avait quitté le champ de bataille pour conférer avec Foote de la stratégie à suivre après l’échec des canonnières, à une dizaine de kilomètres de son quartier général. Lancée au lever du soleil, l’attaque confédérée prit les Nordistes au dépourvu. Non seulement leur chef n’était pas là pour y faire face, mais les guetteurs fédéraux, sans doute trop occupés à lutter contre le froid, n’avaient rien remarqué du redéploiement des Confédérés. Pour ne rien arranger, Grant n’entendit pas le bruit du combat, et ne regagna son QG que lorsqu’un messager vint le prévenir. Cette absence momentanée allait manquer, ultérieurement, de lui coûter sa carrière.

L’attaque confédérée porta en premier lieu contre la brigade nordiste du colonel Oglesby. La brigade McArthur se porta à son secours mais, mal déployée, elle fut de peu d’efficacité. Les deux unités résistèrent malgré tout pendant deux heures, notamment grâce au soutien de W.H.L. Wallace. Ce dernier put intervenir parce que Buckner était, contrairement au plan initialement prévu, resté l’arme au pied. Il ne se mit en marche que lorsque Pillow le somma de le faire, mais son attaque accrut encore la pression déjà grande exercée sur les Nordistes. Forrest se montra décisif, manœuvrant à cheval pour flanquer à plusieurs reprises les Fédéraux avant de les attaquer à pied. Ces facteurs, combinés à l’épuisement progressif des munitions des Nordistes, finirent par obliger les hommes de McClernand à reculer.

Les combats de la matinée du 15 février : les Sudistes enfoncent la division McClernand, qui se rétablit grâce à l'aide de la division Wallace et de la brigade M.L. Smith (copyright Hal Jespersen via Creative Commons).

Leur retraite manqua de peu de se transformer en déroute, mais en l’absence de Grant, McClernand réussit à persuader Lew Wallace de venir à son aide. Ses deux brigades parvinrent à rétablir une ligne de défense que Buckner assaillit à trois reprises, sans succès. Vers 12h30, la progression des Confédérés était stoppée. Malgré cela, leur succès était incontestable : ils étaient maîtres des hauteurs qui commandaient la route de Charlotte et par conséquent, la voie du salut leur était essentiellement assurée.

De la victoire à la capitulation

Environ une heure plus tard Gideon Pillow fit la démonstration définitive de son incompétence : estimant que l’armée ennemie était vaincue pour de bon, il ordonna à ses forces de regagner leurs positions de départ pour se ravitailler en munitions. Stupéfié, Floyd perdit alors son sang froid et ordonna à Buckner de se replacer avec ses hommes sur la droite du périmètre défensif sudiste, ne laissant sur la colline chèrement acquise le matin même qu’un mince rideau de troupes pour garder ouverte la route de Charlotte.

Grant, pour sa part, était enfin arrivé sur le champ de bataille, vers 13 heures. Sans se départir de son calme habituel, il prit aussitôt des mesures énergiques. Il ordonna à Foote d’envoyer ceux de ses navires encore en état de marche effectuer une prudente démonstration contre le fort Donelson afin de soutenir le moral vacillant de ses soldats. Il fit renforcer la division Wallace par la brigade Ross et deux régiments de la division C.F. Smith, le tout confié à son homonyme Morgan L. Smith. Lew Wallace reçut pour mission de reprendre le terrain perdu sur la droite, tandis que C.F. Smith se vit chargé de lancer une attaque de diversion sur la gauche.

Cette dernière réussit au-delà de toute espérance : le 30de régiment du Tennessee, unique force confédérée tenant l’enceinte extérieure, ne put tenir très longtemps malgré le soutien des canons du fort. Ramenant ses troupes de l’aile gauche confédérée, Buckner tenta sans succès de reprendre ses ouvrages à C.F. Sur la droite nordiste, Lew Wallace ne tarda pas à être victorieux lui aussi. La brigade de M.L. Smith progressa rapidement, par bonds, en se couchant entre deux mouvements pour se mettre à couvert. Lew Wallace laissera de leur chef en action cette description pittoresque : « Le cigare du colonel Smith fut emporté [par une balle] tout près de ses lèvres. Il en prit un autre et réclama une allumette. Un soldat accourut et lui en donna une. « Merci. Reprenez votre place, à présent. Nous sommes presque en haut » répondit-il et, tout en fumant, il éperonna son cheval. »

La contre-attaque nordiste dans l'après-midi du 15 février : les Fédéraux reprennent le terrain perdu après le retrait des Sudistes. Simultanément, la division C.F. Smith perce les défenses extérieures des Confédérés (copyright Hal Jespersen via Creative Commons).

Au soir du 15 février, la retraite que les Confédérés s’étaient ouverte était désormais refermée, même si, dans les faits, la division de Lew Wallace était trop étirée pour couper efficacement la route de Charlotte. Peu importait : les Sudistes avaient laissé passer leur chance. Leurs généraux tinrent de nouveau conseil à l’hôtel de Dover. La situation militaire était précaire : toute la droite des défenses extérieures était enfoncée. Estimant que toute résistance supplémentaire causerait des pertes terribles et inutiles, Floyd et son état-major estimèrent qu’il n’y avait plus qu’à capituler. Triste fin pour une armée qui, quelques heures plus tôt, avait son salut bien en main.

Mais les avanies infligées aux troupes sudistes par leurs chefs ne s’arrêtèrent pas là. Floyd, accusé d’avoir délibérément fait transférer du matériel dans le Sud durant les mois précédant la guerre pour que les rebelles s’en emparent plus facilement, faisait l’objet d’une inculpation dans le Nord. Craignant d’être pendu s’il était capturé, il décida de s’éclipser en emmenant avec lui les régiments qu’il avait amenés de Virginie. Il embarqua sur deux transports avec environ 1.500 hommes et remit le commandement à Pillow. Celui-ci, redoutant un sort similaire à celui que craignait Floyd, profita de la nuit pour traverser la Cumberland sur une petite embarcation. À l’incompétence, l’un et l’autre avaient ajouté la couardise…

Buckner, défaitiste, hérita du commandement. Forrest sollicita de son supérieur l’autorisation de quitter la place avec ses cavaliers, et l’obtint. Il franchit les lignes adverses sans grande difficulté, avec 700 hommes. Grant, de son côté, avait prévu un assaut général pour le 16 février à l’aube, mais Buckner le devança en demandant à négocier les conditions de sa reddition. Les deux hommes se connaissaient bien : ils avaient servi ensemble dans l’armée fédérale, et Buckner avait même prêté de l’argent à Grant pour que celui-ci puisse regagner l’Illinois lorsqu’il avait démissionné. Le général sudiste s’attendait donc à se voir offrir des termes magnanimes.

Il n’en fut rien. Pour toute réponse, Grant lui écrivit : « Votre pli de ce jour, proposant un armistice et la nomination de commissaires pour définir les termes d’une capitulation, a bien été reçu. Aucun terme autre qu’une reddition inconditionnelle et immédiate ne peut être accepté. Je propose de m’installer immédiatement dans vos ouvrages. » Lorsqu’elle fut connue de la presse après la bataille, cette courte missive souleva l’admiration de tout le Nord, le public applaudissant à la fermeté de son auteur. Le général nordiste devait gagner là un surnom, basé sur ses initiales,Unconditional Surrender (« reddition inconditionnelle ») Grant. Buckner accepta de mauvaise grâce, car il n’avait guère le choix.

En tout, la chute du fort Donelson avait coûté à la Confédération près de 14.000 hommes, dont environ 12.500 prisonniers. L’Union, pour sa part, avait perdu 2.700 soldats, dont 500 tués. Les nombreux prisonniers sudistes prirent le chemin des premiers camps établis à leur intention dans le Nord, notamment autour de Chicago. Ils firent l’objet, par la suite, d’échanges contre des prisonniers nordistes – y compris Buckner, échangé en août.

Le reste de l’armée sudiste d’A.S. Johnston avait pu rejoindre Nashville, mais la ville était à présent indéfendable. Les Confédérés l’évacuèrent une semaine plus tard, le 23 février. Deux jours après, les navires de Foote firent leur jonction avec les soldats de Buell, qui avançaient enfin depuis le nord, et occupèrent la ville. La perte de ce nœud ferroviaire impliquait aussi l’isolement de Columbus, qu’il n’était plus possible de renforcer rapidement, et la position fortifiée fut évacuée à son tour, le 2 mars. Vaincu, mais non abattu, A.S. Johnston regroupa ses forces à Corinth, une petite bourgade du nord-est de l’État du Mississippi, et attendit les renforts qu’il avait demandés au président Davis. Le Tennessee central, lui, passait sous la coupe de l’Union.


Video: 1862 The Battle of Fredericksburg (Januarie 2022).