Nuut

Die Slag van Antietam, 17 September 1862


Woensdag 17 September 1862 begin in die relatiewe rustigheid van 'n mistige nag. Vir diegene wat die vorige aand al geveg het, is dit egter nie maklik nie. Truman Seymour se manne het, soos hul teenstanders, verdwaal waar hulle geveg het toe die duisternis hulle in die Ooswoud betrap het. Die verandering van Hood se soldate na Lawton het dit nie verander nie.

Trouens, die wagters aan albei kante is op plekke so na aan mekaar dat daar in die donker gehoor kan word hoe hulle fluister - met die beamptes wat natuurlik vure verbied. Omstreeks 03:00 het skote wat deur woedende pikette afgevuur is, in ernstige botsings ontaard. Opgevoed uit 'n benarde slaap te midde van 'n klam onderbos, skiet soldate aan albei kante blindelings en pas hul vuur so goed as moontlik aan terwyl hulle hulself op die weerlig lei wat uit vyandelike gewere bars. Die futiele aard van die uitruil is uiteindelik die oorhand, en 'n skyn van kalmte keer terug na die Ooshout. As die dekor dus ondergaan, sal die son kan opgaantwaalf uur se slagting.

Die dag begin

Om 05:30 was daar voldoende lig virdie federale artillerie gaan in aksie. Met die oog op elke teiken wat vanuit sy oorheersende posisie oopgestel word, oorrompel dit die gekonfedereerde brigades en batterye van Poffenberger Hill, terwyl die magtige 20-pond Parrott-kanonne van die smeeryster - minstens drie batterye - aan die oostelike oewer van die Antietam neem die suidelike posisies agtereenvolgens in. In 'n paar minute het die Gekonfedereerde gewere geantwoord. Stuart gebruik sy berede artillerie, gevolg deur ander batterye, op Nicodemus Hill, terwyl die onvermoeide Stephen D. Lee sy bataljon vanaf die hoogtes onmiddellik noord van Sharpsburg betrek. Hul gewere probeer die teenstanders uitdaag, maar die Federale is beter in aantal, gehalte en vuurkrag, sodat die suidelike kanonniers baie onder hierdie tweestryd sal ly.

Die Noordelike infanterie, wat binnekort weer die arena betree het, is ook geteiken. Albei kante gebruik ekstra batterye om gevorderde ondersteuning aan hul infanterie te bied, en vul die lug met die gegons van druiweskote en die fluitjie van kanonkoeëls. Ten minste het die suidelike verdedigers die opsie om onder hierdie vloed te gaan lê, ten minste solank hulle nie direk aangeval word nie. In werklikheid is die opset van die slagveld en die posisies van die artillerie sodanig dat die gewere van die twee stryders so geplaas word dat dit mekaar met hul teikens oorweldig.kruisvuur : Federale uit die noorde en ooste, die konfederasies uit die weste en suide. In hierdie moordende simfonie speel elke instrument sy eie partituur: die smeedijskanonne, meer presies en met groter reikafstand, probeer die vyand se batterye stil maak, terwyl die bronsstukke hul projektiele op die infanterie uitspoeg. Jare later sou S. Lee Lee daardie wrede konsert moes onthou as 'n "artillerie hel ».

Enkele kilometers daarvandaan, in Shepherdstown, sou Mary Mitchell ook daardie ononderbroke donderweer in haar geheue verbrand. Die klein stadjie, geleë aan die Virginiese oewer van die Potomac, nie ver van die Boteler-forte nie, het die dag na die Slag van South Mountain reeds in 'n tydelike hospitaal verander. Hierdie stadsbewoner, soos die res van haar bure, sal ook haar herinneringe op papier plaas. Van hierdie kanonade sal sy skryf: 'Maar diep in ons harte kon ons nie glo dat iets mensliks aan hierdie verskriklike vuur ontsnap het nie ". Na 'n paar uur sal Shepherdstown oorweldig word deur'n vloed van gewondes sonder gemeenskaplikheid met die vorige een. Die tonele van verwarring wat altyd gepaard gaan met groot gevegte aan die agterkant van die leërs, hetsy verslaan of nie, sal 'n blywende impak op Mary Mitchell hê: "'N Alomvattende gevoel van angs, drome, jammerte, en - ek is bang - haat, dit is my herinneringe aan Antietam. »

Sodra die noordelike batterye losgebrand het,die blou infanterie het opgeruk. Die plan van Hooker vra vir 'n suidelike opmars, aan 'n nou front, met Doubleday se afdeling aan die regterkant, Ricketts se afdeling aan die linkerkant, en Meade's in reserwe - afgesien van die Seymour-brigade, wat al gevaarlik naby die vyand is, aangesien ons die uitsig. Van die vier Doubleday-eenhede sal die Iron Brigade van John Gibbon die aanval lei, terwyl Marsena Patrick en Walter Phelps onmiddellik agter sal staan, onderskeidelik aan Gibbon se regter- en linkerkant. Wat William Hofmann betref, sal sy brigade agtergehou word om die batterye wat rondom die plaas J. Poffenberger geïnstalleer is, te bedek, en sy regimente sal nie betrek word nie. Ricketts, wat net drie brigades het, het 'n soortgelyke ingesteldheid aangeneem: George Hartsuff se spiespunt, ondersteun deur Abram Duryée aan sy regterkant en William Christian aan sy linkerkant. Sy eerste doel is om by Seymour aan te sluit, in 'n voorwaartse posisie heel links van die Ier Liggaam.

Mnr. Miller se mielies

Die eerste Noordelikes wat hul eweknieë in die gesig gestaar het, is natuurlik diegene wat die kortste geslaap het - die manne van Truman Seymour. Dawn sien hoe hulle dadelik die konfrontasie wat snags onvolledig onderbreek is, hernu. Die noordelike skermutselinge het vinnig die oorhand gekry en die Gekonfedereerdes uit die oostelike bos verdryf. Toe hulle die rand bereik, word die Federale gekonfronteer met die brigade onder bevel van James Walker. Hierdie een bevind hom in 'n delikate situasie, want die vyandelike artillerie neem sy reg in enfilade, en die Seymour-brigade trek byna geheel voordeel uit die dekking wat deur die plantegroei voorsien word - terwyl die manne van James Walker in die middel van 'n veld ontplooi word. geploeg. Die regiment regs van Seymour is egter in die openbaar en James Walker maneuver drie van sy eie regimente omhul vuur konsentreer op hierdie kwesbare punt.

Terselfdertyd ontplooi die Doubleday-afdeling in 'n gevegslyn in die North Wood en vorder suid, langs die Hagerstown-tolweg en onmiddellik oos daarvan. Onder vuur van die suidelike artillerie, kruis die soldate van Gibbon die uitgestrekte erwe van Miller Farm: 'n geploegde veld, 'n boord wat aan die plaasgeboue grens, en dan 'n vallei waaruit 'n klawerveld styg. Wasig, die dagbreek verdwyn vinnig die humiditeit om ondanks 'n paar wolke plek te maak vir 'n helder dag. Hooker, wat die vordering van sy korps fyn dophou, merk dit opdie lae son word weerspieël in bajonette Suidlanders versteek in die Miller-mielieland anderkant die klawerveld - vermoedelik die skermutselinge wat Marcellus Douglass voor sy brigade ontplooi het. Die koring is feitlik op borshoogte en bied 'n uitstekende visuele bedekking, maar die lengte van die bajonette verraai diegene wat dit dra.

Die Miller-mielieland is 'n redelike groot reghoekige gebied: 400 meter breed en 230 meter diep, of ongeveer tien hektaar omring deur houtwerke. Dit is ver van die enigste mielieland naby Sharpsburg - daar is tientalle - maar die hewige gevegte vroegoggend sou op sy besitting fokus en dit in een van die ikoniese gevegsplekke verander. metBloedige baan en Burnside Bridge. As dit by Antietam kom, "die mielieland Verwys amper universeel na die van D.R. Miller, terwyl die verslae van offisiere oor die geveg minstens 'n halfdosyn meer noem. Die hewige stryd wat daar sou ontvou, sou die ander egter heeltemal verduister in die kollektiewe geheue - en dit in die proses waarskynlik die mees omstrede ruimte van die oorlog maak.

Slag van Antietam, 17 September 1862, 05:30 - 06:00: die aanvanklike aanval op die Ier Noordelike liggaam.

1. Federale artillerie skiet vanaf Poffenberger-heuwel en die oostelike oewer van die Antietam.

2. Die suidelike kanonne, geplaas op die Nicodemus-heuwel en rondom die Dunker-kerk, plaas die aanvallende noordelike infanterie.

3. Seymour stoot die suidelike stokkies in die East Wood terug en val James Walker aan.

4. Hooker maak die noordelike rand van die Miller-mielieland skoon met twee voorste batterye.

5. Gibbon stap die veld binne en konfronteer met Douglass.

6. Bedreig aan sy regterkant, ry hy sy tweede lyn oorkant Hagerstown.

7. Doubleday stuur Patrick se brigade om sy reg te bedek, terwyl Gibbon nog steeds gevaar loop om flankeer te word.

8. Gevang onder kruisvuur van die suidelike artillerie, stop Hartsuff en Christelike brigades. Ricketts stuur Duryée vorentoe om hulle oor te dra.

Terselfdertyd word Early gestuur om Stuart op Nicodemus Hill te ondersteun, terwyl Lawton die Hays Brigade lei om die res van sy afdeling te versterk.

By die aanblik van bajonette wat bo die mielieplanne skitter, skroom Hooker nie om groot middele te gebruik nie. Hy hou sy infanterie oombliklik in bedwangtwee batterye wat van naby oopmaak. Die resultaat, wat deur Hooker self beskryf is, het nie lank gekom nie: “In minder tyd as wat dit neem om dit neer te skryf, is elke mielieplant in die grootste deel van die noordelike deel van die veld so netjies geknip asof dit met 'n mes was, en die gesneuwelde het in presiese lyne gelê. waar hulle 'n oomblik vroeër in die tou gestaan ​​het. Ek het nog nooit die geleentheid gekry om so 'n verskriklike en bloedige slagveld te onderhou nie. Die Gibbon Brigade, wat in twee reëls vorder, kan die Miller Field onbestrede binnegaan ... tydelik. Meer Suidlanders het vinnig sy regterflank aangeval, geanker op die tolpad, en Gibbon het verkies om sy tweede lyn oor die pad te stuur om sy reg te bedek.

Douglass se manne wat op die suidelike heining van die veld leun, het op 'n teenstander geskiet wat hulle skaars gesien het, maar hul artillerie, wat die voordeel van die hoogte gehad het, het meedoënloos gebombardeer. Gibbon se linkerkant, gevorm deur die 2de en 6de regimente van Wisconsin, word met sy 7 regs vertraagde Wisconsin en die 19de Indiana, hou aan beweeg. Sy sal nie veel verder gaan nie, en word vinnig gekonfronteer met die frontlinie van J.R. Jones se afdeling: die brigades van Andrew Grigsby en John Penn, wat hulle sterk weerstaan. Terwyl Gibbon steeds gevaar loop om geflankeer te word, stuur Doubleday Patrick om sy lyn uit te brei en die West Wood, waarop die vyand leun, in te gryp. Die Suidlanders het eers uitgehou, maar het groot verliese gely.Beamptes word nie gespaar nie : Penn, dan word sy opvolger A.C. Page beseer, terwyl J.R. Jones self stomgeslaan is as 'n noordelike dop 'n bietjie te naby aan sy kop ontplof. Hy word onmiddellik ontruim, en William Starke volg hom op aan die hoof van sy afdeling.

Oggendvrees

'N Entjie links loop dinge verkeerd vir James Ricketts se soldate. Generaal Hartsuff is vroeg in die aksie in die bobeen geskiet om 'n verkenning te doen, en die verwarring wat daartoe gelei het, het daartoe gelei dat sy brigade tot stilstand gekom het. Die twee eenhede wat hom volg, is nie beter daaraan toe nie. Hulle word oorweldig deur die inferno van die Gekonfedereerde artillerie, endie senuwees van meer as een laat gaan. Die Seymour-brigade, en in die besonder die 6de regiment vanPennsylvania Reserwes wat die vuur van drie suidelike regimente alleen moes ondersteun, het onder die situasie begin ly. Onder hierdie omstandighede is enige geleentheid goed om van die gevegsone weg te beweeg. Sy hoof, kolonel William Sinclair, het dus in sy verslag opgemerk: “[...]die regiment is in aantal verminder, omdat mans sonder my bevele die gewondes na agter gelei het. »

Onder so 'n stortvloed projektiele immuniseer die beampte se strepe nie verder teen vrees nie. Kolonel Joseph Fisher van die 5de regiment van dieselfde brigade, wys daarop dat "Kaptein Collins van Kompanjie K sien dat sy gesondheid misluk met 'n vreemde noodlot, terwyl feitlik alle gevegte naderkom, en ek is spyt dat die kaptein in ons laaste geveg, waarvan dit afhang, misluk het. word nie getoon nie, en dat hy nou sonder behoorlike toestemming afwesig is. 'Terwyl Seymour ondersteuning nodig sou hê, kom dit stadig. Aan die hoof van sy brigade het kolonel Christian ook toegegee in paniek: hy klim af en vlug verskriklik na agter toe hy sy manskappe verlaat. Hy word dieselfde aand deur sy meerder ontbied en gedwing om te bedank om 'n krygsraad te vermy. Sy gesonde verstand sou nooit herstel van sy ervaring in Antietam en die daaropvolgende vernedering nie, en hy het intern gesterf in 1887. Tog is hulle ook leiers ontneem,sy soldate stop op hul beurt.

Daar is egter dringendheid vir die Noordelikes, want die situasie van Ricketts laat 'n groot gaping tussen Gibbon en Seymour. Ricketts bevorder dus sy enigste brigade wat nog onmiddellik beskikbaar is, dié van Duryée, wat na die voorste linie gaan. Dit vorder uiteindelik suid, sy regtervleuel in die mielieland en sy linkervleuel in die oostelike hout. Duryée word getref deurdie skouspel van verlatenheid wat gepaard gaan met die vordering daarvan: "Die dooies wat deur die vyand in die veld agtergelaat is, was amper opgestel soos op parade ", Hy het geskryf. Op dieselfde tyd het Walter Phelps Gibbon begin steun, wie se linkerkant deur Douglass-brigade oorweldig word en gevaarlik blootgestel word. Phelps, wat net twintig meter agter is, kan baie vinnig ingryp. Gou het die druk van die Federale te sterk begin word vir die Douglass-brigade, wat begin terugtrek het. Sy leier word vermoor terwyl hy probeer om dit saam te trek. Die suidelikes het egter vinnig herstel met die aankoms van versterkings.

Slag van Antietam, 17 September 1862, 06:00 - 06:30: die teenaanval van die Louisiana Tigers (Hays-brigade).

1. James Walker konsentreer die vuur van drie van sy regimente teen die 6de Pennsylvania Reserwes, die mees blootgestelde regiment van die Seymour Brigade.

2. Aangeval deur Gibbon se linkervleuel, ondersteun deur Phelps, word Douglass vermoor en sy brigade trek terug.

3. Hays slaan terug en dryf Duryée terug en neem Douglass se manne saam.

4. Die 6de Pennsylvania Reserweskrake, en sleep die res van die Seymour-groep daarmee saam.

5. James Walker, terwyl hy Hays aan sy linkerkant sien vorder, vorder ook.

6. Aangeval deur Phelps en Hartsuff se brigade, en begroet deur sarsies grapeshot van 'n gevorderde noordelike battery, moet Hays terugval.

7. Die Douglass Brigade word ingetrek deur Hays se soldate.

Met die aanbreek van die dag het Lawton in werklikheid 'n aanval op sy afdeling verwag en sy ander twee brigades teruggeroep. Jackson het Jubal Early's behou om dit te stuur om die batterye te ondersteun wat Stuart op Nicodemus Hill gebruik het, maar Harry Hays s'n is nou aan die werk.Louisiana Tigers, want dit is wat dit is, ontplooi regs van die Douglass Brigade, en die twee eenhede loods 'n kragtige teenaanval. Hierdie een verloor vinnig in koördinasie, omdat Lawton ernstig gewond is, maar die manne van Douglass val nietemin die Ysterbrigade aan terwyl die Louisians in die mielieland stort en dwing Duryée se manne om terug te trek en dreig een van Hooker se voorwaartse batterye noord van die veld. Die kanonniers moet selfs hul gewere tydelik laat vaar. Byna gelyktydig knak en retireer die oorweldigende regtervleuel van Seymour en sleep die res van die brigade daarmee saam. Aangesien Hays aankom, besluit James Walker om ook vorentoe te gaan en die East Wood binne te gaan.

Die situasie van die Noordelikes is des te kritieker omdat Ricketts ook beseer word as sy perd onder hom doodgemaak word. Hy word nie ernstig geraak nie, maar is tydelik nie beskikbaar nie, wat dit moeilik maak om sy reserwes te koördineer. Die mans van Hartsuff, nou onder bevel van Richard Coulter, kom egter ter ondersteuning van die gehawende Duryée, wat die Louisianers in die gesig staar, terwyl Walter Phelps die res van sy brigade aan hul linkerkant betrek. Hierdie kruisvuur, toegevoeg tot die druiweskoot wat met 'n verdubbelde hou van 'n ander battery uitgespoeg word, dwing Hays om haastig terug te trek en die oorblyfsels van die Douglass-brigade in dieselfde beweging te sleep. Suidlanders vind toevlug in die West Woods en daarna, en albei brigades is vir die res van die dag buite aksie. Op hul hakke gegooi, beset die Federale die veld van Miller weer, wat van hande verwisselvir die derde keer in minder as 'n uur.

Intussen word die brigade van Truman Seymour in East Wood noukeurig deur die van James Walker benoud. Aangesien die Noordelike kommandoketting ongeorganiseerd was, het Seymour geen steun gekry nie, maar hy het die regerings van die Christelike Brigade ontvang deur Ricketts, wat tussenbeide getree en sy toevlug behandel het. Hul onverwagte aankoms, tesame met Hays se terugtog, dwing James Walker om sy brigade terug te trek na sy beginposisie, in 'n bevel wat die Suid-offisier self sal kwalifiseer "aanvaarbaar ».

Daar het hy die Federale 'n ruk lank weerstaan, maar die ammunisie het opraak.Die insameling van patrone van dooies en gewondes laat die geveg 'n paar minute duur, maar James Walker word binnekort weer gedwing om terug te trek in 'n poging om ammunisie vir sy mans te vind. Gedek deur Ripley's Brigade, wat die linkerkant van D.H. Hill's Division besit, word die beweging skaars belemmer deur die Noordelikes, wat versigtig aan die rand van East Wood bly. James Walker is vroeër in die aksie beseer.

Op pad na Hagerstown

Die onttrekking van die drie brigades van die afdeling Lawton, wat meer as die helfte van hul krag in die saak agtergelaat het, laat Gibbon se links, nog steeds gevolg deur Phelps, toe om sy reg teen die eerste lyn te ondersteun. van die JR Jones-afdeling. Gibbon het ook ontplooi'n artilleriebattery in 'n baie gevorderde posisie, op 'n effens verhoogde posisie net suid van Miller Farm - 'n perseel met 'n skuur en verskeie hooibakke. Hierdie eenheid - Maatskappy B van 4de artillerieregiment - was die een wat Gibbon voor die oorlog in die gewone leër beveel het. Nou, onder bevel van kaptein Campbell, los sy 'n vuur op die suidelike posisies wat, tesame met die wat regs van die mielieland regs neem, die Grigsby- en Penn-brigades uiteindelik dwing om terug te val na die West Wood.

Op dieselfde tyd het die Stuart-kanonniers, wat steeds hul federale eweknieë in die gesig gestaar het, gesien hoe hul verliese in mans en perde toeneem. Beset om die vuur van sy batterye af te lei, het die Gekonfedereerde Kavalleriebevelvoerder nietemin die terugtog van die Suidelike infanterie langs die Hagerstownweg waargeneem. As die Feds voortgaan om na die West Woods te vorder, loop hy self die kans om van die res van die leër afgesny te word, met slegs sy ruitery en die vroeë brigade om sy gewere te beskerm. Daarom,besluit hy omstreeks 06:30 om weer suidwaarts te gaan, na 'n ander heuwel, makliker om te verdedig, en ook verder weg van die noordelike kanonne van die J. Poffenberger-plaas. Dit was waarskynlik hierdie beweging, waargeneem deur Marsena Patrick, wat Hooker aangespoor het om haar te beveel om een ​​van sy regimente op 23de New York, om die regterflank van die I te beskermer Liggaam. Gibbon het geen bedenkinge self nie, maar Patrick moet ook die 80 vir hom stuurde New York in direkte ondersteuning van die Campbell-battery, sodat die Patrick-brigade tot twee regimente, die 21, verminder isde en 35de New York.

Slag van Antietam (17 September 1862), 06:30 - 6:45.

1. Nou onder bevel van Truman Seymour, tree die Christelike brigade in om die onttrekking van die Seymour-brigade te dek.

2. Geïsoleer deur die onttrekking van Hays, val James Walker terug na sy aanvanklike posisie.

3. Toe die ammunisie begin opraak, is James Walker weer terug.

4. Gibbon se linkervleuel swaai na regs om die Penn Brigade agtereenvolgens te neem.

5. Die Campbell-battery gaan sit reg voor die Suidlanders om hulle te oorrompel met grapeshot.

6. Uit vrees dat hy oorweldig word, rol Stuart sy artillerie terug en steun suid.

7. As hy hierdie beweging as 'n bedreiging vir sy reg beskou, maak Hooker die 23 losde New York van Brigade Patrick om dit te hanteer.

8. As hy deur West Wood gaan, flank die res van Patrick se brigade Grigsby's.

9. Van drie kante aangerand het die eerste reël van J.R. Jones se afdeling uiteindelik teruggetrek.

Aan die suidekant bly William Starke nie passief nie. Nadat hy die oorblyfsels van die Grigsby- en Penn-brigades saamgevat het, loods hy die res van die afdeling wat hy nou in beheer het: sy eie brigade en die van Edward Warren. Ditnuwe suidelike teenaanvalverras die Gibbon-brigade in 'n fyn posisie. Inderdaad, sy linkervleuel het langs die Hagerstownweg afgevou om die Southern First Line te flankeer en is nou skuins tot die hoofstrydlyn geposisioneer. Terloops, haar vinniger vordering het 'n gaping geskep tussen haar en die res van die brigade, wat enersyds diede Wisconsin moet flankeer, en aan die ander kant laat Campbell's Battery blootgestel word aan direkte aanval van die vyand.

Starke slaag nie daarin om hierdie swak plek op te tel nie en lei sy brigade tot by hom, en laat Warren se brigade toe om die linkervleuel van Gibbon te verslaan. Die Gekonfedereerde leun teen die hindernisse wat die tolpad afbaken, vanwaar hulle die 2 neemde en 6de Wisconsin in 'n ry. Nietemin reageer die Federale onmiddellik. Phelps, wat nog steeds Gibbon baie noukeurig volg, stuur die 2de regiment vanAmerikaanse skerpskutters maak die oortreding toe wat in die middel van sy brigade oopgemaak het. Die skerpskutters in die groen uniforms betaal 'n duur prys en ly swaar verliese en neem die volle krag van die Starke Brigade.hul ingryping verlig die twee regimente van Wisconsin effektief. Geskei deur die breedte van die pad, skiet Noordelikes en Suidlanders mekaar genadeloos van naby. Starke se manne besef nog nie dat die drie regimente wat hulle in die gesig staar een aambeeld is nie.

Slag van Antietam (17 September 1862), 06:45 - 07:00

1. Starke loods sy brigade en dié van E.T.H. Warren mik na die skending wat tussen die twee vleuels van die Gibbon Brigade oopgemaak het.

2. Phelps behels die 2de Amerikaanse skerpskuttersom dit te seël.

3. Skuins na links, Gibbon se regterkant en Patrick se brigade neem die Suidlanders agter en laat hulle terugval.

4. Grigsby slaag daarin om die Stonewall Brigade naby die plaas A. Poffenberger saam te trek.

Die hamer verskyn links en agter hul rug in die vorm van die regtervleuel van Gibbon en Patrick's Brigade. Hierdie krag van vier regimente oorweldig die Gekonfedereerdes met 'n verwoestende kruisvuur, en in 'n oomblik word hul posisie onhoudbaar. Die verliese is verskriklik.Starke word met drie koeëls deurboor en binne 'n uur oorlede is, en kolonel Jesse Williams, wat hom slegs 'n paar minute opgevolg het, is ernstig in die bors beseer. Al die senior offisiere van die brigade is dood of gewond, die minste ernstig was kol. Edmund Pendleton, van die 15de Louisiana, effens getref deur 'n druiwekoeël wat tussen sy twee bene beweeg. Die grys mans moet binnekort die algemene reddingsboei suidwes bel om hul toevlug tot die West Wood te neem. Daar slaag kolonel Grigsby daarin om sy eie eenheid - die Stonewall Brigade - saam te trek en kragte saam te snoer met Leroy Stafford, wat daarin slaag om sommige elemente van die van Starke te hergroepeer.

Kwaai Texans

Dit is nou 7 uur, en die situasie van die hele linkse konfederasie blyk uiters kritiek te wees. Afgesien van die vroeë brigade, die van James Walker, en die enkele soldate wat Grigsby nog onder sy beheer het, kan die J.R. Jones- en Lawton-afdelings feitlik buite werking beskou word. Jackson, wat koorsagtig met Lee, Longstreet en Stuart kommunikeer deur middel van sy koeriers - waarvan een 'n twaalfjarige seun is, wat Stuart in sy verslag oor die geveg sal prys - het nog net verdeeldheid. Hood om in die stryd te werp. Omdat hy weet dat dit net 'n rukkie genoeg kan wees, vra hy dringend om versterking. Lee weet intussen dat die koms van McLaws en R.H. Anderson, wat die Potomac oorgesteek het, op hande is. Intussen stem hy inneem George T. Anderson se brigade aan sy regterkant om dit noord toe te stuur.

Die twee brigades van Hood se afdeling, onderskeidelik onder bevel van William Wofford en Evander Law, het tot dusver in betreklike veiligheid suid van West Wood gebly. Nadat hy met die aanvang van die geveg op gereedheidsgrondslag was, het Hood se manne, meestal Texane, hul kamproetine hervat en vure aangesteek om 'n ongeduldige ontbyt voor te berei. hul eerste rantsoen in drie dae en hulle is honger. Ongelukkig vir hulle is dit wanneer die ineenstorting van Starke se manne hul ingryping nodig maak. Die Suidlanders voldoen daaraan, maarhulle is woedend en vasbeslote om wraak te neem op die Yankees. Omstreeks 07:00 kom hulle uit die westelike bos en skree wild. Alexander Hunter, 'n soldaat in 'n ander eenheid van die Army of Northern Virginia, sal die legendariese felheid van die land toeskryfRebelse gil na ... honger, eenvoudig.

Hood se afdeling val noord, oos van die Hagerstownweg aan. Wofford is aan die linkerkant met dieTexas-brigade, Reg reg. Hood, wat baie goed weet dat sy magte nie sterk genoeg is om teen die I te staan ​​nieer Noordelike korps in volle krag, en galop verder na regs om die steun van die James Walker-brigade te kry. Hy slaag daarin om die hulp van sommige van sy regimente, wat nog 'n paar patrone het, te verkry en versterk dit deur Wofford op 5de Texas. Hy vra ook vir Roswell Ripley se samewerking, maar hy sal nie vorentoe beweeg nie. Die mans in grys word gewelddadig aangeval sodra hulle uit die bos kom, veral aan die linkerkant waar die noordelike lyne die naaste is. Skaars anderhalfuur na die eerste kanonskote,die gevegte het nie in intensiteit afgeneem nie, ver daarvan. Van die aanval op sy afdeling sou Hood skryf: 'Toe sien ek die verskriklikste botsing van die hele oorlog. »

Slag van Antietam (17 September 1862), 07:00 - 19:15

1. Leroy Stafford bring die oorblyfsels van Starke se brigade terug en sluit aan by dié van Grigsby.

2. Hood se afdeling val die Miller-mielieland aan.

3. Sy word aan haar regterkant ondersteun deur James Walker, saam met 5de Texas.

4. Daar word 'n beroep op Ripley se brigade gedoen, maar nie beweeg nie.

5. Gibbon se linkervleuel en Phelps se brigade word van die flank afgehaal deur Wofford.

6. Law en James Walker stoot Hartsuff (Coulter) en Christian (Seymour) Brigades af, asook die Thompson Battery.

7. Om die situasie die hoof te bied, bevorder Hooker die res van Meade se afdeling.

8. Patrick en Gibbon se regtervleuel vorder om dieTexas-brigadesoos dit noord vorder.

Die aanvanklike momentum van die Suidlanders het Gibbon se linkervleuel getrek, terwyl die Texane op sy flank geval het. Wisconsin soldate enSkerpskutters sleep die res van die Phelps-brigade in hul toevlug, en maak die weg van die Gekonfedereerdes na die mielieland oop. Law en James Walker verdring op hul beurt die manne van Hartsuff en Christian, wat die Duryée en Seymour-brigades nou byna heeltemal verlig het. Die Noordelikes trek in pretty much orde deur Miller Field en East Wood, gevolg deur hul vyande. Kaptein James Thompson, wat die een van die mees gevorderde Noord-batterye beveel, wil graag hul vordering met druiwedosies teenwerk, maar hy gee uiteindelik op om dit te doen as hy besef dat die mielieland met gewonde Noordelikes besaai is dat hy sou doodmaak. Ook hy moet terugstap; omdat sy battery nie minder nie as 23 perde verloor het, sal hy dit in twee fases moet doen. Die Konfederate beland uiteindelikbereik die noordelike punt van die mielieland en Bois Est, waar die Federale probeer om hulself met die versterking van verspreide elemente van die Duryée en Seymour-brigades te versterk. Terselfdertyd bevorder Hooker sy laaste reserwes: die twee nog vars brigades van Meade se afdeling, onder bevel van Robert Anderson en Albert Magilton.

Aan die linkerkant van Hood gaan dit nie so goed vir die Suidlanders nie. Na die aanvanklike sukses het Wofford gou gesien dat die linkerkant van sy brigade vinnig vertraag. Sy eie progressie het hom blootgestel aan'n flank-teenaanval gelei deur Gibbon se regtervleuel en Patrick se brigade. Sy mans het swaar verliese gely. La légion Hampton, une unité de Caroline du Sud attachée à sa brigade, perd tous ses porte-drapeaux les uns après les autres, comme le rapportera son chef le lieutenant-colonel Martin Gary : «Nous avançâmes rapidement sur eux, sous un feu nourri, et n’étions pas allés très loin quand Herod Wilson, de la compagnie F, le porteur du drapeau, fut abattu. Il fut repris par James Esters de la compagnie E, et il fut abattu. Il fut alors pris par C.P. Poppenheim, de la compagnie A, et lui aussi fut abattu. Le major J.H. Dingle, Jr., le récupéra alors, s’écriant "Légion, suivez votre drapeau !" […] Il porta le drapeau jusqu’à la lisière du champ de maïs près de la route à péage sur notre gauche, et, alors qu’il le brandissait courageusement à 50 mètres de l’ennemi et face à trois drapeaux fédéraux, il fut tué. »

L’avance se poursuit

Afin d’y remédier, Wofford prélève sur sa droite le 4de régiment du Texas pour l’envoyer vers la gauche. La manœuvre parvient à soulager le flanc de la brigade, qui tient sa position. Toutefois, elle a aussi créé une brèche dans la ligne sudiste. Malgré les projectiles qui pleuvent sans cesse dessus, le maïs du champ de D.R. Miller est encore suffisamment haut et dense pour que le 1er Texas perde le contact avec le reste de la brigade. Le régiment continue donc à marcher vers le nord, isolé, tandis que les autres se rabattent vers la gauche en tentant de repousser Gibbon. Les positions se retrouvent ainsi curieusement inversées par rapport à l’engagement précédent : les deux camps se font face de part et d’autre de la route de Hagerstown, mais Wofford se tient là où Gibbon et Phelps se trouvaient précédemment, tandis que Gibbon et Patrick occupent désormais la même position que tenait Starke un peu plus tôt.

Bien qu’étant en difficulté, le chef de la Brigade de Fer ne se démonte pas et engage ses soutiens les plus proches – le 80de New York et la batterie Campbell. Gibbon en fait redéployer les canons pour faire face à l’avancée ennemie dans le champ de maïs, pointant et servant personnellement une de ses pièces. Lorsque le 18de Géorgie apparaît de l’autre côté de la route, les artilleurs ouvrent le feu à coups redoublés, fauchant sans distinction hommes et maïs et ouvrant de sanglantes trouées dans les rangs des Géorgiens. Contre toute attente, pourtant, les Sudistes soutiennent ce déluge de plomb et ripostent, abattant les artilleurs à bout portant. En quelques minutes, la batterie Campbell perd 40 hommes et 33 chevaux – l’effectif normal d’une batterie nordiste étant théoriquement de 84 officiers, sous-officiers et soldats. Campbell lui-même est blessé à l’épaule et son cheval est criblé de balles. La riposte sudiste oblige finalement les artilleurs à abandonner leurs pièces, mais l’infanterie bleue continue obstinément à tenir sa position. Elle s’appuie en cela sur un affleurement rocheux, quasiment parallèle à la route et légèrement en retrait de celle-ci.

Bataille d'Antietam (17 septembre 1862), 7h15 - 7h30.

1. Wofford fait passer le 4de Texas sur sa gauche pour affronter la brigade Patrick.

2. Le 18deGéorgie est mitraillé à bout portant par la batterie Campbell, mais réussit à la réduire au silence.

3. La présence inopinée du 1er Texas au nord du champ de maïs oblige la brigade Robert Anderson et une partie de celle de Magilton à reculer.

4. Le 6de Pennsylvania Reserves tient bon et affronte la brigade Law.

5. Les brigades Hartsuff et Christian contiennent Law et James Walker, puis décrochent à l'approche du XIIde Corps.

De son côté, le 1er Texas a poursuivi sans relâche la brigade Phelps en pleine retraite. Ses hommes ont chargé avec une telle férocité que leur chef, le lieutenant-colonel Philip Work, éprouve les pires difficultés à les tenir. Il ne parvient finalement à les réfréner que lorsqu’ils atteignent la clôture septentrionale du champ de maïs. Là, les Sudistes découvrent les brigades Robert Anderson et Magilton en train d’avancer droit sur eux, à travers le verger Miller et le champ de trèfle, et soutenues par une batterie déployée sur une petite éminence, à portée de fusil. Work, qui ignore où se trouve le reste de la brigade, fait demander des renforts en urgence et, malgré son infériorité numérique flagrante, décide de résister. Contre toute attente, le tir des Texans cueille à froid les Nordistes : Robert Anderson recule, ainsi que l’aile droite de Magilton. 1er Texas pointe alors ses fusils vers la batterie nordiste et commence à lui causer des pertes.

À peine une demi-heure s’est écoulée depuis que Hood a lancé son attaque et cette fois, c’est Hooker qui se retrouve dans une situation critique. De la division Doubleday, sur sa droite, seuls résistent encore les éléments regroupés autour de Gibbon, qui sont les plus avancés. À gauche, les unités de Ricketts et Seymour qui contiennent encore les Sudistes commencent à manquer de munitions. Quant à la division Meade, au centre, elle n’est pas complètement hors de combat mais vient d’être repoussée beaucoup trop rapidement à son goût. Par l’intermédiaire de la station avancée que le corps des transmissions a installée à la ferme Miller, le chef du Ier Corps fait demander par sémaphore des renforts à McClellan. Ce dernier, qui a installé son quartier général sur une colline de la rive est de l’Antietam, suit à la lettre son plan de bataille en ordonnant au IIde Corps de franchir la rivière. L’inconvénient est qu’il ne sera pas à pied d’œuvre avant au moins deux heures… Mais d’autres renforts, eux, sont beaucoup plus proches. Le lieutenant-colonel Work peut d’ailleurs le constater : de nouvelles unités d’infanterie nordistes sont en approche. Leur apparition, d’ailleurs, le dissuade de charger la batterie qui lui faisait face, comme il était en train d’envisager de le faire.

Hooker, en effet, avait déjà demandé des renforts depuis un certain temps. Le XIIde Corps de Joseph Mansfield, qui a campé à un mile en arrière des forces de Hooker, s’est tenu près dès l’aube. La résistance acharnée qu’il a rencontrée a conduit le chef du Ier Corps à largement surestimer les effectifs de l’ennemi, aussi n’a-t-il pas tardé à faire appel à Mansfield. Le XIIde Corps est une unité de valeur très inégale. Formé initialement par les unités qui ont servi dans la vallée de la Shenandoah et en Virginie septentrionale sous les ordres de Banks, il a laissé une partie de ses régiments les plus expérimentés à Washington, tandis que d’autres nouvellement créés sont venus compléter ses rangs. Ainsi, la majorité de ses soldats sont sous l’uniforme depuis quelques semaines tout au plus, et les officiers ne sont guère plus expérimentés. Cinq des régiments du corps d’armée n’ont même suivi aucune espèce d’entraînement, et un autre – le 1er du district de Columbia – est intégralement absent, officiers compris, en raison des désertions ou des maladies.

Bref commandement

Le XIIde Corps, cinq brigades articulées en deux divisions, progresse le long de la route de Smoketown, une artère secondaire en provenance du nord-nord-est qui rejoint la route à péage de Hagerstown à la hauteur de l’église Dunker, après avoir traversé le bois Est. La division d’Alpheus Williams, composée des brigades de Samuel Crawford et George Henry Gordon, ouvre la marche, suivie par la division George Greene et ses trois brigades, respectivement commandées par William Goodrich, Henry Stainrook et Hector Tyndale. Mansfield, qui s’est forgé en quelques jours une réputation de meneur d’hommes parmi la troupe, dirige personnellement son corps d’armée de l’avant. Toutefois, une série d’erreurs de sa part, et la confusion qui en résultera, vont révéler son inexpérience du terrain et celle de ses soldats.

Dès qu’il arrive à proximité des combats, Mansfield ordonne que ses forces soient déployées en ordre de bataille. Quelques instants plus tard, il se ravise : le général nordiste craint en effet que l’inexpérience de ses hommes ne les rende difficiles à contrôler et la formation en ligne de bataille, très étirée, ne facilite pas la transmission des ordres. La nature hachée du terrain qu’il traverse risque de désorganiser ses brigades, particulièrement dans le cas des nouvelles recrues, encore peu habituées à manœuvrer. Il leur fait donc adopter une formation prévue par les manuels, mais assez peu usitée dans les faits, la colonne par compagnie, dans laquelle chaque régiment présente un front d’une compagnie et se trouve donc déployé sur vingt rangs de profondeur au lieu de deux. Ils sont ainsi plus resserrés, ce qui permet aux officiers supérieurs de les encadrer plus facilement.

Malheureusement, la colonne par compagnie offre aussi une meilleure cible à l’artillerie ennemie, qui peut concentrer ses feux sur un front plus réduit, et dont chaque coup au but est assuré de faire plus de victimes. Des hauteurs où ils sont déployés, les canonniers sudistes ne ratent pas l’occasion que leur offre involontairement Mansfield. Dès que le XIIde Corps arrive à portée de tir, ils l’accablent de projectiles, lui infligeant des pertes non négligeables avant même qu’il ne soit effectivement entré dans la bataille. Autre erreur commise par Mansfield : les intervalles qu’il a laissés entre ses différentes unités sont insuffisants. Lorsqu’il leur ordonne, cette fois pour de bon, de passer à la ligne de bataille, régiments et brigades empiètent les uns sur les autres, et une confusion considérable paralyse momentanément le corps d’armée nordiste – le tout sous le feu de l’ennemi.

La troisième erreur de Mansfield lui coûtera plus cher encore. Le général nordiste ignore la position de réelle de l’ennemi. À sa décharge, il était déjà en marche lorsque Hood a déclenché son attaque, et peut difficilement être informé en temps réel de la progression adverse. Aussi est-il très surpris lorsque la brigade Crawford, en pointe, stoppe devant un petit champ de maïs situé juste au nord du bois Est et commence à ouvrir le feu. Craignant que ses soldats ne soient en train de tirer par erreur sur des unités du Ier Corps, Mansfield galope vers le front des troupes. Il lui faut plusieurs minutes pour s’assurer que ce sont bien des Sudistes – en l’occurrence les brigades Law et James Walker – que les soldats de Crawford affrontent. Quelques instants plus tard, il reçoit une balle dans la poitrine, du côté droit, qui lui cause une blessure fatale dont il décèdera le lendemain. C’était son troisième jour seulement à la tête du XIIde Corps. En-dessous de lui, toute la chaîne de commandement remonte d’un cran : Williams prend la tête du corps, Crawford récupère sa division, et la brigade de ce dernier échoit à Joseph Knipe.

Hood est repoussé

La blessure mortelle de Mansfield n’arrange pas les affaires, déjà mal engagées, de son corps d’armée. Pendant que Williams met de l’ordre dans ses lignes et commence à presser timidement l’ennemi qui lui fait face, un aide de camp, envoyé par le général Gibbon pour réclamer le premier renfort qui passera à sa portée, lui demande de l’aide. Williams lui confie aussitôt la brigade Goodrich, qui part vers la droite. La situation de la brigade Crawford n’est guère brillante. Trois régiments de recrues de Pennsylvanie, les 124de, 125de et 128deéprouvent les pires difficultés à se mettre en ligne. Le premier perd très vite le contact avec les autres et son chef est blessé. Le 128de n’arrive pas à se déployer correctement alors qu’il est pris sous le feu de l’ennemi, et perd le colonel Croaksdale, tué d’une balle dans la tête, et le lieutenant-colonel Hammersly, blessé de deux balles dans le bras. Knipe vient à son secours avec son propre régiment, le 46de Pennsylvanie, et suggère au major Wanner, qui commande désormais le 128de, de l’accompagner dans la charge qu’il s’apprête à lancer : mieux vaut que les recrues aillent de l’avant, fût-ce en désordre, plutôt que de rester immobiles à se faire tuer.

Les deux régiments s’exécutent, mais le reste de la brigade ne leur fournit guère de soutien et le feu de l’ennemi – le 5de Texas et ce qui reste des forces de James Walker – est trop intense. Les Pennsylvaniens doivent reculer. Pour ne rien arranger, la brigade G.H. Gordon arrive derrière celle de Crawford, et elle n’est guère moins confuse. Alors qu’il reforme ses rangs, le 46de a la désagréable surprise de se faire tirer dans le dos par le 27de Indiana, un des régiments de G.H. Gordon. La méprise est rapidement dissipée mais ajoute à la confusion. Williams préfère alors ramener la brigade Crawford en arrière pour qu’elle se mette en ligne correctement. Il va lui falloir un moment, et beaucoup d’efforts, avant que le XIIde Corps ne soit convenablement déployé et prêt à entrer efficacement dans le combat.

Heureusement pour l’Union, George Meade, de son côté, est parvenu à reprendre ses hommes en main. La brigade de Robert Anderson se regroupe rapidement, et marche à nouveau sur la position tenue par le 1er Texas en approchant par sa gauche. Le régiment sudiste est toujours privé de soutien sur ses deux flancs, et la force nordiste qui l’assaille tient une ligne beaucoup plus longue que la sienne. Tant et si bien que les Texans se trouvent bientôt exposés à un tir croisé qui leur cause des pertes effrayantes, et n’ont plus d’autre choix que de retraiter au pas de course à travers le champ de maïs. Ils y laissent leur drapeau : son porteur est abattu au milieu du champ, où le maïs est encore suffisamment dense pour empêcher les autres survivants de s’en apercevoir. Lorsque les Sudistes se regroupent derrière le couvert précaire fourni par une hauteur immédiatement au sud du champ, le lieutenant-colonel Work n’a plus avec lui que 40 hommes. Ils étaient 226 le matin même. Cela représente un taux de pertes supérieur à 80%. Durant tout le reste de la guerre, aucun autre régiment ne perdra une telle proportion de ses effectifs en un seul engagement.

Bataille d'Antietam (17 septembre 1862), 7h30 - 8h.

1. L'attaque initiale du XIIde Corps s'effectue dans la confusion, Mansfield est mortellement blessé au bout de quelques minutes.

2. Alors que la brigade Crawford cale sous le feu ennemi, le 124de Pennsylvanie perd le contact avec elle.

3. Le colonel Knipe parvient à rallier le 128de Pennsylvanie et à le faire charger avec le 46de New York, sans succès.

4. Le 27de Indiana (brigade G.H. Gordon) tire dans le dos du 46de New York, ajoutant à la confusion.

5. La brigade Robert Anderson se regroupe et attaque le 1er Texas, l'obligeant à s'enfuir.

6. Le reste de la brigade Wofford se replie et se rallie au sud du champ de maïs.

7. Gibbon retire le reste de sa brigade et la batterie Campbell sur le bois Nord.

8. Magilton regroupe ses forces et flanque la brigade Law, obligeant le reste des Confédérés à battre en retraite.

La retraite du 1er Texas entraîne rapidement celle du reste de la brigade Wofford, dont les régiments décrochent les uns après les autres pour se regrouper à l’orée du bois Ouest, juste au nord de l’église Dunker. Enfin soulagé de la pression exercée par les Confédérés, Gibbon fait d’abord replier les canons de la batterie Campbell, dont les pertes ont été à ce point élevées qu’une seule de ses trois sections peut être servie efficacement. Puis, ce qui reste de la brigade Gibbon recule jusqu’au bois Nord, sous la protection des hommes de Patrick – qui, eux, continuent à tenir les abords du bois Ouest. La brigade de Robert Anderson poussera jusqu’au sud du champ de maïs Miller, mais sera ensuite contenue par la Texas Brigade regroupée et ne poussera pas beaucoup plus loin.

Plus à l’est, la brigade Magilton s’est aussi ralliée, grâce au sang froid du 8de Pennsylvania Reserves qui n’a pas craqué et a gardé sa cohésion. Tandis que Robert Anderson assaille le 1er Texas, Magilton s’abat sur la gauche de la brigade Law et l’oblige à reculer. Par effet d’entraînement, son repli entraîne avec lui la brigade de James Walker, et finalement le 5de Texas. Alors que Magilton poursuit les Sudistes à travers le bois Est, la division Hood se concentre, dans un relatif bon ordre, à proximité de l’église Dunker. Elle y restera encore un moment, tenant en respect les tirailleurs avancés par la division Meade. Sur les quelques 2.000 soldats que Hood a emmenés au combat à peine une heure auparavant, la moitié d’entre eux git à présent, morts et blessés confondus, dans le champ de maïs et le bois Est. Plus tard dans la journée, lorsque Nathan Evans croisera John Hood sur le champ de bataille et lui demandera où se trouve sa division, le Texan d’adoption (Hood était né au Kentucky) lui répondra laconiquement « sur le terrain, morte ».

D.H. Hill entre dans la danse

À l’approche de 8 heures, le sursis que la division Hood a payé au prix fort est écoulé. Le Ier Corps nordiste est certes en grande partie hors de combat, mais la division Meade est toujours à pied d’œuvre. De surcroît, la situation du XIIde Corps s’améliore de minute en minute. L’attaque de Hood, puis son repli suit en fait un schéma qui deviendra récurrent tout au long de la journée : malgré son succès initial, elle n’apportera aucun avantage décisif faute de soutien. Les deux belligérants souffriront du même problème mais pour l’heure, c’est Jackson qui se retrouve de nouveau en difficulté. Les renforts promis par Lee ne sont pas encore arrivés, et Stonewall n’a plus d’autre choix que de jouer son va-tout : dégarnir le centre de l’armée confédérée, tenu par D.H. Hill, pour en soulager la gauche. Parallèlement, il racle aussi les fonds de tiroir, ordonnant à Early de faire avancer sa brigade et de rameuter ce qui reste de la division Lawton, dont il a désormais la charge, pour la faire remonter en ligne.

Ne laissant à Stuart qu’un seul de ses régiments – le 13de de Virginie – pour couvrir ses batteries, Early emmène les six autres, dans un premier temps, vers l’arrière, derrière le bois Ouest. De sa division, il ne trouve nulle trace : les survivants sont éparpillés à travers la campagne et ne forment rien qui ressemble à une unité militaire. En revanche, il rejoint les quelques centaines d’hommes de la division J.R. Jones qui ont pu être reformés et que commande désormais le colonel Grigsby. Prenant la tête de cette petite division ad hoc, Jubal Early l’emmène à travers le bois Ouest, d’où elle débouche en arrière et sur la droite de la brigade Patrick, toujours appuyée sur l’affleurement rocheux d’où elle a affronté la brigade Wofford. Prise à revers, sa position n’est plus tenable, et Patrick se replie en bon ordre vers un muret de pierre qui court entre le bois Ouest et la ferme Miller. Early ne cherche pas à les y presser, de sorte que la première préoccupation des soldats nordistes, une fois en position, sera de… faire le café.

Dans l’intervalle, le mouvement d’Early a attiré l’attention de Hooker, qui a fait détacher un des régiments de Robert Anderson, le 10de Pennsylvania Reserves, pour l’envoyer en flanc-garde sur la droite. L’unité se retrouve bientôt engagée par des tirailleurs confédérés, puis isolée, et l’officier qui la commande est blessé dans l’action. Le capitaine Jonathan Smith, qui lui succède, décide de sa propre initiative de continuer à avancer contre une batterie sudiste qui s’en prend à la brigade Patrick. Repoussant les hommes du 13de Virginie, les soldats nordistes s’approchent suffisamment pour commencer à abattre les artilleurs confédérés. Ils reçoivent même le soutien inattendu d’une batterie fédérale qui prend les canons ennemis pour cible. Malheureusement, cette intervention se retourne contre eux, car le tir est trop court et les obus tombent dans leurs propres rangs. Smith n’a pas d’autre choix que de faire reculer ses hommes pour éviter qu’ils ne soient massacrés par leur propre artillerie.

D.H. Hill, lui, prépare son entrée en jeu avec trois de ses cinq brigades, les plus avancées. Elles sont commandées par Roswell Ripley, Alfred Colquitt et Duncan McRae, ce dernier ayant remplacé Garland tué à South Mountain. Préservant leur ligne de bataille, les trois unités se décalent vers l’ouest, puis montent à l’assaut. Le général sudiste l’ignore, mais le moment est particulièrement bien choisi : Magilton, en effet, a commencé à reculer, conformément aux instructions de Hooker, pour être relevé par des éléments du XIIde Corps. Son repli ouvre une brèche dans la ligne nordiste, de sorte que Robert Anderson va devoir soutenir seul le choc de l’attaque sudiste. Pendant que Ripley l’assaille de front, Colquitt passe dans le champ de maïs et s’abat sur sa gauche. C’en est trop pour la brigade nordiste, qui se replie en désordre à travers le champ. La brigade Goodrich avance alors pour s’interposer, mais son chef est tué, et les hommes de Robert Anderson en pleine déroute la font paniquer elle aussi. Elle ne sera que partiellement et difficilement ralliée.


Bataille d'Antietam (17 septembre 1862), 8h - 8h30.

1. Laissant un de ses régiments en soutien de batteries, Early va rejoindre les fores de Grigsby.

2. Les deux unités combinées attaquent la brigade Patrick.

3. Prise à revers, la brigade Patrick se reforme juste au sud de la ferme Miller.

4. Envoyé en flanc-garde, le 10de Pennsylvania Reserves approche d'une batterie avancée sudiste, mais doit se replier à cause de sa propre artillerie.

5. Pendant que la division Williams se réorganise, la brigade Magilton se retire en vue d'être relevée par le XIIde Corps.

6. Privé de soutien, Robert Anderson est assailli de front et de flanc par les brigades de D.H. Hill.

7. Envoyée vers la droite, la brigade Goodrich tente d'intervenir, mais son chef est tué et elle se replie également.

8. Le reste de la division Greene se déploie sur la gauche des Nordistes.

Il est 8 heures 30, et le champ Miller est à nouveau sous contrôle sudiste. Toutefois, Hooker, qui est l’officier nordiste le plus élevé en grade à être toujours en vie dans ce secteur du champ de bataille, a encore des cartes dans sa manche. Ce sont à présent quatre batteries avancées qui sont déployées au nord du champ. En dépit de la déroute prématurée de la brigade Goodrich, le XIIde Corps est à présent convenablement déployé, et ses unités les moins sûres ont été laissées en soutien de batteries, en arrière. La division Williams s’est décalée vers la droite, la brigade Crawford ayant sa droite ancrée sur la route à péage de Hagerstown, et celle de G.H. Gordon prolongeant la ligne jusqu’à celle de Smoketown. La division Greene a pris sa place face au bois Est, avec les brigades Tyndale à droite et Stainrook à gauche. D’autres soutiens sont attendus : deux des trois divisions du puissant IIde Corps sont en train de traverser l’Antietam au pont supérieur.

Le XIIde Corps se reprend

Les troupes sudistes ne sont pas dans une situation idéale pour soutenir cette nouvelle contre-attaque. Quelques minutes plus tôt, Roswell Ripley a reçu une balle dans le cou, et ne doit qu’à la chance d’avoir la vie sauve : le projectile a été amorti par son nœud de cravate. Bien qu’évacué, il reprendra le commandement de sa brigade au bout d’une heure et demie, après s’être fait soigner. Mais pour l’heure, son absence entraîne l’arrêt de sa brigade, qui laisse ainsi celle de Colquitt sans soutien sur sa gauche. La situation de McRae est moins enviable encore. Ses hommes, qui ont été durement éprouvés à South Mountain et y ont subi de grosses pertes, sont inquiets et leur moral est vacillant. Le terrain sur lequel ils se trouvent n’arrange pas les choses : le bois Est, avec ses épais fourrés et les affleurements rocheux typiques de la région, désorganise encore un peu plus une brigade dont la cohésion est déjà incertaine.

Rumeurs et contrordres imaginaires se répandent dans les rangs avec une rapidité déconcertante. Le capitaine Thomas Garrett, du 5de régiment de Caroline du Nord, décrira ainsi l’atmosphère qui règne alors au sein de la brigade : « Un état de confusion difficile à décrire s’ensuivit. Différents ordres contradictoires (ou plutôt des suggestions prenant cette forme, peut-être) se diffusèrent le long de la ligne, les hommes du rang étant laissés libres de les relayer par leurs officiers, de sorte qu’il devint complètement impossible de discerner lesquels émanaient de la bonne autorité. » Les marches et contremarches qui en résultent, alors que le couvert végétal empêche les différents éléments de la brigade de se voir entre eux, ralentissent sensiblement les hommes de McRae. Ceux-ci se retrouvent du coup très en arrière par rapport à Colquitt, et celui-ci n’est donc pas non plus couvert sur sa droite.

Par conséquent, lorsque les Nordistes passent de nouveau à l’attaque, Colquitt et ses hommes doivent soutenir tout le poids de la division Williams. Le premier échappe miraculeusement aux balles, mais tous les officiers supérieurs de sa brigade sont tués ou blessés. Ses cinq régiments termineront la bataille avec des capitaines ou des lieutenants à leur tête. La brigade McRae tente d’avancer pour le soutenir, et ne tarde pas à entrer en contact avec les hommes de Greene, qui ont déjà pénétré dans le bois Est. Une fusillade éclate, mais le bruit se répand dans les lignes sudistes qu’il s’agit de la brigade Ripley – qui se trouve en réalité beaucoup plus à gauche et en avant – et les soldats confédérés cessent de tirer. Mal leur en prend, car leur silence permet aux Fédéraux de les flanquer sans opposition.

Lorsque les hommes de McRae le réalisent, c’est la panique. Certains officiers sont aussi nerveux que leurs soldats, ce qui aggrave encore le problème. Thomas Garrett : «À ce moment, et pendant que je dirigeais ce mouvement, le capitaine Thomson, compagnie G, vint à moi, et d’une manière et sur un ton très excités me cria "Ils nous flanquent ! Regardez, il doit y avoir une brigade entière !" Je lui ordonnai de garder le silence et de regagner sa place. Les hommes, jusque-là, étaient loin d’être calmes, mais quand cette indiscrétion eut lieu une panique se déclencha, et malgré les efforts des serre-files et des officiers, ils commencèrent à craquer et à s’enfuir. » La brigade s’écroule. McRae tente d’organiser une résistance à la lisière sud du bois. Il est blessé – atteint superficiellement au front – mais, bien qu’il refuse de se faire soigner, ses efforts sont vains et il ne peut tenir ses hommes plus longtemps. Ceux-ci ne s’arrêteront pas avant d’avoir atteint les premières maisons de Sharpsburg, où ils seront « cueillis » plus tard dans la journée, et ralliés en petits groupesad hoc.

Bataille d'Antietam (17 septembre 1862), 8h30 - 8h45.

1. La division Williams se redéploie au nord du champ de maïs.

2. La division Greene marche sur le bois Est.

3. Ripley blessé, sa brigade est à l'arrêt.

4. Ralentie par des ordres contradictoires, la brigade McRae est isolée dans le bois Est.

5. La division Williams attaque la brigade Colquitt qui résiste.

6. La brigade McRae tente d'avancer mais elle est interceptée par Stainrook, flanquée et mise en fuite.

7. Colquitt est finalement flanqué par Tyndale et déroute après un bref corps-à-corps.

En dépit de l’absence de tout soutien et des pertes considérables qu’elle subit, la brigade Colquitt continue à résister. Les hommes de G.H. Gordon ont même dû suspendre momentanément leur feu, au début de l’engagement, pour attendre que les rescapés de la brigade de Robert Anderson se mettent à l’abri, et ont subi des pertes sans pouvoir riposter. C’est finalement une charge de Tyndale contre la droite de Colquitt qui emporte la décision. Le bref liggaam na liggaam qui s’ensuit ajoute à la violence du baptême du feu pour les soldats du XIIde Corps, dont certains ne sont même pas encore complètement équipés. Le major John Collins, du 5de Ohio, rapporte ainsi : « […] au milieu du maïs, notre régiment engagea un régiment de Géorgie dans un combat au corps à corps, usant de la crosse des fusils, une partie des hommes n’ayant pas de baïonnettes. » Le repli de Colquitt entraîne avec lui la brigade Ripley avant qu’elle puisse se ressaisir, alors que G.H. Gordon et ses hommes poursuivent les Confédérés à travers le champ de maïs, au pas de charge et baïonnette au canon. Colquitt parviendra à regrouper ses hommes en partie et rejoindra rapidement D.H. Hill. Quant à Ripley, il ralliera une fraction de sa brigade en revenant de l’ambulance où il s’est fait soigner.

Nouveau commandant

Joe Hooker accompagne au plus près la nouvelle avancée nordiste à travers le champ Miller. Depuis le début de la bataille, les Fédéraux ne sont jamais allés aussi loin au sud, et leur général voudrait bien exploiter leur élan victorieux. Toutefois, il ignore le déploiement des forces ennemies face à la division Williams. Il se dirige alors vers le secteur tenu par un des régiments de recrues de la brigade Crawford, le 125de Pennsylvanie du colonel Jacob Higgins, auquel il demande s’il y a des troupes quelconques dans le bois qui leur fait face – en l’occurrence, la portion la plus orientale du bois Ouest. Il y en a effectivement : les restes de la division Hood y sont toujours positionnés. Dans son rapport sur la bataille, Higgins situe alors un incident en apparence anodin : « Pendant qu’il me parlait, son cheval fut blessé par quelque tireur d’élite ennemi. Je lui fis remarquer que son cheval avait été blessé. Il répondit, "Je le vois", fit demi-tour et s’en alla. »

Ce que Hooker n’a, en revanche, pas remarqué, c’est que la même balle – ou peut-être une autre – l’a également blessé lui, au pied. Il continue à chevaucher pendant plusieurs minutes, s’informant sur la situation et donnant ses ordres, puis finit par s’effondrer : il perd du sang, et l’hémorragie l’a affaibli. Le commandant du Ier Corps doit être évacué. Sa blessure s’avérera finalement sans conséquences graves, mais elle prive l’aile droite nordiste de son coordinateur à un moment crucial. Après une courte pause, le XIIde Corps reprend néanmoins sa marche en avant. La division Williams disperse les derniers restes des brigades Colquitt et Ripley qui se trouvent encore devant elle, puis se rapproche de la division Hood. Celle-ci est trop affaiblie pour soutenir une nouvelle attaque, aussi Lee préfère-t-il temporiser en sachant que McLaws et R.H. Anderson ne sont plus qu’à quelques minutes de marche de la zone des combats. Plutôt que de laisser Hood exposé sans soutien, il le fait reculer de quelques centaines de mètres.

Bataille d'Antietam (17 septembre 1862), 8h45 - 9h15.

1. Menacé par la progression du XIIde Corps, Hood est replié hors du bois Ouest.

2. Sumner fait reculer la division Williams jusqu'au bois Est, pour laisser la place à la division Sedgwick.

3. Le 125de Pennsylvanie du colonel Higgins poursuit sur sa lancée et entre dans le bois Ouest, désormais vide.

4. La division Sedgwick approche en direction de l'ouest, avec pour objectif de tourner l'aile gauche confédérée.

5. Sumner envoie des renforts à Higgins et déploie des éléments de la brigade Goodrich dans le bois Ouest pour couvrir les flancs de Sedgwick.

6. Confronté à l'avancée simultanée de la brigade Goodrich au nord et de la division Sedgwick à l'est, Early manoeuvre pour y faire face, puis se replie en deux temps sur la ferme A. Poffenberger.

Il ne sera pas poursuivi très longtemps. Juste avant 9 heures, Crawford – qui commande, rappelons-le, la division Williams – reçoit l’ordre de se replier jusqu’à la lisière occidentale du bois Est. Cette instruction émane vraisemblablement d’Edwin Sumner, dont le IIde Corps est en train d’arriver. Croisant un Hooker à demi inconscient en train d’être transporté sur une civière, Sumner prend la direction des opérations. Les renseignements que lui fournissent les officiers du XIIde Corps indiquent que le bois Ouest est pratiquement vide de troupes. Une exploitation vigoureuse de la situation lui permettrait de s’en emparer, puis de pousser vers la colline où Stuart a déployé son artillerie. Une fois celle-ci sous contrôle nordiste, toute la gauche confédérée pourrait être tournée. D’où l’ordre de faire relever la division Williams par celle, fraîche, de Sedgwick. Afin de sécuriser le flanc droit de ce mouvement, deux régiments de la brigade Goodrich ayant pu être ralliés sont avancés vers la partie septentrionale du bois Ouest.

Toutefois, le repli de la division Williams ne se déroule pas entièrement comme prévu. Ses deux brigades ne sont pas inquiétées par l’ennemi, mais le 125de Pennsylvanie, pour sa part, prend position dans le bois Ouest, à proximité immédiate de l’église Dunker. Assez symétrique à l’avancée de la brigade Goodrich, ce mouvement laisse à penser qu’il s’agit là d’une décision délibérée de Sumner afin de sécuriser la gauche de l’attaque à venir. Toutefois, dans son rapport sur la bataille, le colonel Knipe suggère plutôt que le 125de n’a pas reçu l’ordre de se replier et a simplement poursuivi sur sa lancée jusqu’à ce que son chef réalise sa position isolée. Le colonel Higgins, lui, reste muet sur ce point. Le fait qu’il ait été renforcé, par un autre régiment de la brigade Crawford (le 124de Pennsylvanie) et par la légion Purnell (un élément de la brigade Goodrich) est plutôt de nature à faire incliner vers la première hypothèse, en suggérant que Sumner a estimé que le seul 125de était insuffisant pour cette tâche. Le propre rapport de Sumner n’est quant à lui pas assez détaillé pour permettre de trancher la question.


'N Entjie links van die noordelike stelsel sal die Greene-afdeling bly. Hy het verby die suidelike rand van East Woods gegryp en Mumma Farm, wat die Suidlanders vroeër die oggend aan die brand gesteek het, gegryp om te voorkom dat dit as skuilplek vir federale skerpskutters gebruik word. Voortgesette sy vordering bereik Greene 'n uitstekende liggingnet oos van die Dunker-kerk. Hierdie posisie is 'n uitstekende plek vir artillerie, en daarom is Greene beveel om dit te beklee. Daar word 'n battery daarheen gestuur, maar ongelukkig is die ammunisiekaste vir die Noordelikes amper leeg en moet 'n ander een gestuur word om dit op te hef. Intussen het die suidelike kanonne die federale infanterie begin teiken. Greene dryf hulle dan 'n paar dosyne meter terug sodat hulle kan baat by die dekking wat deur die randlyn voorsien word, en rangskik sy twee brigades in 'n chevron om te verhoed dat hulle agtermekaar gevat word.

Arbeiders in die West Wood

Toe die Williams-afdeling terugtrek, is die voorste II-afdelingde Corps maak sy verskyning op die slagveld. Sedgwick se drie brigades, onder bevel van onderskeidelik Willis Gorman, Napoleon Dana en Oliver Howard (wat van herstel herstel nadat hy sy regterarm by Seven Pines verloor het), loop agter Greene se afdeling aan en trek reguit wes op. Hulle vormdrie opeenvolgende gevegslyne geskei deur tussenposes van ongeveer 50 meter. Ondanks hindernisse van alle soorte - hindernisse, rotse, hellings en selfs 'n gedeelte van East Wood - wat dit deurkruis, vorder Sedgwick se afdeling op 'n lopie, wat uiteindelik die kwaliteit van die ontplooiing beïnvloed en die tussenposes. Om 09:00 was die enigste suidelike infanteriemag wat tussen hom en Stuart se artillerie gestaan ​​het, die een wat Jubal Early in sy brigade saamgevoeg het.

Aanvanklik ontdek die Konfederale generaal die 60 uit sy goed weggesteekte posisie in die westelike bosde en 78de New York oppad. Dit was tydens die vervanging van sy troepe om hulle in die gesig te staar, dat hy ontdek dat die afdeling van Sedgwick reguit op hom opmars en sy flank bedreig. Toe hy Grigsby die voorkant laat vashou, skuif hy sy brigade om sy regterkant te bedek, dan rugsteun hy effens. Vroeë oproepe tot versterking: Lee vertel hom dat die koms van McLaws en R.H. Anderson nou op hande is. Terselfdertyd het die leërhoof van Noord-Virginia, wat opgemerk het dat die druk op sy regtervleuel nog nie sterk was nie, besluit om 'n ander eenheid daarheen te neem, met die normale onbeweeglikheid van sy teenstander. Dit sal die J.G. Walker-afdeling wees, sterk uit twee brigades. Maar vir eers,Vroeg kan nog net op homself staatmaak. Hy het weer teruggetrek na die westelike rand van die West Wood, om sodoende binne onmiddellike omvang te wees van die steun van die artillerie wat net daar agter ontplooi is.

Slag van Antietam (17 September 1862), 09.15 - 09.30

1. Gorman se brigade kom uit die West Woods en konfronteer Stuart se artillerie en sy ondersteuners sowel as die manne van Grigsby.

2. Vroeë maneuvering na flank 34de New York.

3. Disorganiseerd deur Early se aanval, stop Gorman se linkerkant en die 59de New York kom in sy rug skiet, wat die verwarring verhoog.

4. G.T. Anderson se brigade kom na die geluid van die kanon en val die 125 aande Pennsylvania naby Dunker Church.

Sy mans vertrou op die geboue en heinings van die plaas A. Poffenberger - 'n algemene van in hierdie streek, veral soos die naburige Pennsylvania, bevolk deur setlaars van Duitse of Nederlandse afkoms. Grigsby kyk noordoos, vroeg kyk oos. Die blou massa belandgaan die West Wood binne. Toe Gorman 'n paar minute later uitkom, word hy dadelik op die spel geneem, in die gesig gestaar deur die Suidelike artillerie, aan die regterkant deur die infanteriste van 13de Virginia, saam met 'n paar kavaliers van die brigade van Fitzhugh Lee, en aan haar linkerkant deur die manne van Grigsby. Laasgenoemde wat die sterkste weerstand teëkom, het die Noordelike opmars effens links getap. Aangesien die linkerkant van Gorman 'vasgeval' het, het dié van twee ander noordelike brigades daarop afgekom en verwarring veroorsaak. Meer nog, aangesien Jubal Early nie ledig was nie: terwyl die soldate van Grigsby as 'n aambeeld dien, manipuleer hy sy eie brigade soos 'n hamer om die linkerkant van die opmars Noorder te flankeer.

Die maneuver betaal. Die 34de New York, beleër, word vinnig tot stilstand gebring en geïsoleer van die res van die Gorman Brigade. Nog 'n regiment van laasgenoemde, die 15de Massachusetts, het die onaangename verrassing dat hy deur die 59 in die rug geskiet isde New York, van die Dana Brigade, wat deur sy eie geledere op die vyand losgebrand het. Edwin Sumner, wat van 'n baie gevorderde posisie ry, moet persoonlik ingryp om die orde te herstel. Oor 'n paar minute verander die sterk opgang van die Noordelikes in 'n nagmerrie, enSedgwick-afdeling word gebottel in die weste hout. Dit is op daardie kritieke oomblik dat die Suidelike Reserwes binnekom. George T. Anderson is die eerste wat daar aankom. Toe hy niemand kry om hom te lei nie, oriënteer hy hom op die geluid van die skietery. Sy brigade bereik uiteindelik die buitewyke van die Dunker-kerk, waar hulle die 125 aanvalde Pennsylvania. Laasgenoemde het hom gou in die moeilikheid bevind, en kolonel Higgins het in desperaatheid sy perd - die laaste nog ongedeerd in die regiment - aan 'n koerier oorgegee sodat sy kon gaan rugsteun.

Ons ander artikels oor dieselfde tema


Video: Artifact - The Antietam Arm (Januarie 2022).